Code de la Communication Mediatisée

DECLARATION

Nous, journalistes travaillant et collaborant avec des organes et des agences de presse locaux et internationaux, signataires de la présente déclaration,
• Exprimons notre déception après de la décision de la Haute cour constitutionnelle de déclarer conforme à la Constitution de la Code de la Communication,
• Faisons part de notre inquiétude et nos préoccupations par rapport à un texte qui, à notre avis, foule au pied les droits et les libertés fondamentaux d’expression, d’opinion et d’information et constitue une véritable entrave à l’exercice de la profession ;
• Regrettons que les aspects pour une prise des dialogues lancés par des nombreuses entités, n’aient pas été entendus et soient restés vains. Nous ne citerons que le mouvement pour la liberté d’expression, et le Groupement des éditeurs de presse d’information et multimédia de Madagascar (Gepimm), les organisations Internationales de défense de la liberté de presse, ainsi que la société civile et la communauté internationale ;
• Déplorons que le chef de l’Etat, qui, le 14 juillet, a pourtant entrouvert une fenêtre pour le dialogue et les discussions en vue de résoudre les problèmes soulevés par le code, n’ait pas daigné donner suite à ses propres déclarations, et ait, au contraire, laissé le processus suivre son cours,
Le processus ne touchant pas encore à sa fin, et comptant sur l’attachement de nos dirigeants aux valeurs démocratiques et aux principes universels de la liberté,
Nous, journalistes signataires de la présente déclaration,
– Espérons que le président de la République ne promulguera pas le Code de la communication dans sa version actuelle et le soumettra au Parlement pour une nouvelle délibération, ainsi que le lui permet le Constitution ;
– Réitérons notre volonté à reprendre de processus participatif et faisons part de notre disposition à prendre une part active aux diverses discussions et consultations nécessaires à la nouvelle délibération du texte.

Antananarivo, le 16 août 2016

FANAMBARANA

Izahay izay manao sonia ity fanambarana ity, mpanao gazety miasa sy miara-miasa amina orinasan-gazety sy orinasa mpampahalala vaovao, na avy eto an-toerana na avy any ivelany, dia maneho entoana
– Ny fahadisoam-panatenanay taorian’ny fanapahan-kevitry ny Fitsarana avo momba ny lalàm-panorenana izay nilaza fa mifanaraka amin’ny Lalàm-panorenana ny fehazan-dalàna mifehy ny serasera,
– Ny ahiahinay manoloana ilay lalàna izay heverinay fa manitsakitsaka ny zo sy ny fahalalana fototra maneho hevitra sy mahazo vaovao, ary manohintohina ny asa fanaovan-gazety,
– Ny alahelonay noho ny tsy fihainoana ny antso nataon’ny ankolafin-kery maro mba hamerenana indray ny fifampiresahana handinihana iny lalàna iny. Anisan’ny nanao izany antso izany ohatra ny Hetsika ho amin’ny fahalalana maneho hevitra, ny vondron’ireo orinasa mpamoaka vaovao, ny fikambanana iraisam-pirenena miaro ny fahalalan’ny asa fanaovan-gazety, ny fiarahamonim-pirenena ary ny fianakaviam-be iraisam-pirenena.
Ny Filohan’ny Repoblika dia nilaza, tamin’ny faha-14-n’ny volana jolay lasa teo, fa azo atao ny mifampiresaka mba hamahana ny olana. Indrisy anefa fa toa tsy narahiny asa izany fanambarana nataony izany.
Mbola misy ihany anefa ny azo atao satria tsy mbola tonga any amin’ny dingana farany mampanan-kery azy ilay fehezan-dalàna mifehy ny fifandraisana. Manantena izahay fa manaja ny soatoavina demokratika sy manaiky ny foto-pisainana mifototra amin’ny fahalalana ny tompon’adraikitra eto amin’ny firenena.
Noho izany, izahay mpanao gazety manao sonia ity fanambarana ity dia :
– Miantso ny Filohan’ny Repoblika tsy mbola hanampan-kery ny lalàna mifehy ny fifandraisana, ary hamerina azy eny anivon’ny Parlemanta mba handinihina azy idray, araka ny fahefana omen’ny lalàm-panorenana azy ;
– Manamafy hatrany ny finiavanay sy ny fahavononanay handray anjara amin’ny resaka sy ny adihevitra rehetra ilaina amin’ny famerenana ny fandinihana io lalàna io.

Antananarivo, faha-16 aogositra 2016

Centre de Presse Malagasy

Publicités

Conseil Des Ministres 2 Mai 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE

Conseil des Ministres – vendredi 02 mai 2014
Palais d’Etat d’Iavoloha

Un Conseil des Ministres s’est tenu ce vendredi 02 mai 2014 à partir de 16 h au Palais d’Etat d’Iavoloha.

I.- COMMUNICATION

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES
Communication verbale relative à la candidature de Madagascar pour l’hébergement du Centre de Fusion d’Informations (Information Fusion Center – IFC). Dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie relative à la lutte contre la piraterie maritime, l’Union Européenne met à la disposition des pays riverains de l’Océan Indien le programme « Maritime Security – MASE » se dotant d’un financement de 37,5 millions d’euros répartis sur 5 ans.
Compte tenu de sa taille, de son emplacement géographique et de l’équilibre de responsabilités entre les pays membres de la COI, Madagascar estime que l’hébergement de ce centre devrait lui revenir. Un groupe d’experts des différents ministères et entités concernés s’est régulièrement réuni afin d’élaborer le dossier de candidature de Madagascar sur lequel Monsieur le Président de la République a donné son approbation.
II.- ADOPTION DE TEXTES REGLEMENTAIRES
PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Décret portant convocation de l’Assemblée Nationale en session extraordinaire en son siège à Tsimbazaza Antananarivo à partir du 3 mai 2014.

La durée de la session extraordinaire ne peut excéder 12 jours.
L’Ordre du Jour de cette session extraordinaire portera sur l’élection des nouveaux organes de l’Assemblée Nationale en l’occurrence des membres du Bureau Permanent conformément aux dispositions du nouveau Règlement Intérieur de ladite Assemblée, déclaré conforme par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC).

MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET
Adoption du décret fixant les salaires, accessoires, indemnités et avantages en nature du Président de l’Assemblée Nationale, des membres du Bureau permanent et des Députés de Madagascar.
Adoption du décret portant basculement des « missions » et « programmes » du Budget de l’Etat 2014.
Suivant la structure du nouveau Gouvernement, des éclatements et des fusions de quelques départements ministériels ont été constatés. Par conséquent le budget d’exécution 2014 doit être mis à jour. Il s’agit donc de procéder au basculement des « missions » et « programmes » concernés par l’éclatement et la fusion à leur nouveau Ministère de rattachement. Comme il s’agit d’une modifications des dispositions du budget d’exécution, la présente opération doit être effectuée par voie de Décret pris en Conseil de Gouvernement.
III- NOMINATIONS AUX HAUTS EMPLOIS DE L’ETAT
MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE
Décret abrogeant le décret n°2009-610 du 08 mai 2009 et portant nomination du Général de Brigade VELOARISOA Poton, Secrétaire Général du Ministère de la Défense Nationale.
Décret abrogeant le décret n°2009-306 du 31mars 2009 et portant nomination du Général de Division RASOLOFONIRINA Béni Xavier, Chef de l’Etat-major Général de l’Armée Malagasy.
SECRETARIAT D’ETAT CHARGE DE LA GENDARMERIE
Décret abrogeant le décret n°2012-880 du 03 octobre 2012 et portant nomination du Général de Brigade RAKOTO François Rodin, Commandant de la Gendarmerie Nationale.
Décret abrogeant le décret n°2009-1109 du 19 Août 2009 et portant nomination du Général de Brigade RALISON Nirina Jeannot, Coordonnateur Général des Programmes auprès du Secrétariat d’Etat chargé de la Gendarmerie Nationale.

L’ordre du jour ayant été épuisé, la séance a été levée à 17H 50.

Antananarivo, le 02 mai 2014,
La Cellule Communication.