Inauguration du Centre de Presse Malgache

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT

Le centre de presse malgache ouvre ses portes

Antananarivo, 30 juin 2011 – Le centre de presse malgache est inauguré ce jour à Antsakaviro en présence de France, M. Jean-Marc Chataigner ; du Country Manager de la Banque Mondiale, M. Adolfo Brizzi ; du Représentant Résident ai du PNUD, M. Agossou Corneille ; du Chargé d’affaires de l’Ambassade des Etats-Unis, M. Eric Stromayer et du Représentant Régional de WWF Madagascar et Océan Indien Occidental, M. Richard Hughes.

 

Le projet de mise en place d’un centre de presse malgache est un projet commun de l’Ambassade américaine, de l’Ambassade de France, de la Banque Mondiale, du WWF et du PNUD afin de contribuer à l’amélioration du dynamisme professionnel du secteur journalistique et médiatique malgache. Ces partenaires d’appui aux médias y ont consacrés une enveloppe de 100 000USD.

 

Bien qu’oeuvrant dans des domaines différents, les partenaires du projet partagent la conviction que le développement durable ne peut être possible qu’avec des médias libres et professionnels. C’est parce que l’ensemble des participants au projet ont la certitude du rôle incontournable des journalistes et de leur responsabilité dans la vie nationale qu’ils ont décidé d’apporter leur appui aux professionnels des médias malgaches.

 

Ce centre de presse, qui est aussi un espace d’échanges, met à disposition de ses futurs membres des ressources utiles à l’exercice de leur métier : des supports multimédias, une base de données et de documentations, un éventail de formations, d’évènements, de manifestations et d’ateliers tout au long de l’année.

 

Inspiré de l’ancien centre de presse sis à Antanimena qui a enregistré quelques 700 adhérents, ce nouvel espace appuiera les initiatives journalistiques et médiatiques, ou de communication, afin d’améliorer la diversité et la qualité des productions nationales et locales. A terme, ce nouveau centre est appelé à devenir une entité indépendante, jouissant d’une autonomie juridique et financière.

——————————————————————————————————

 

Discours du Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis Eric Stromayer lors de l’inauguration du Centre de Presse Malagasy

Antsakaviro, 30 Juin 2011

Mon cher ami Mr Hughes, chers collègues diplomates, chers amis de toute la presse,

 

C’est un immense plaisir pour moi de me joindre à vous ce matin pour inaugurer le Centre de Presse Malagasy.

 

Ce jour constitue une étape considérable vers l’avant pour les journalistes qui ont travaillés dans des conditions difficiles, surtout au cours des deux dernières années de crises ici à Madagascar. Les scissions au sein de la presse et souvent le manque d’informations fiables n’ont fait qu’intensifier les tensions et compliquer le processus de résolution des problèmes fondamentaux qui se trouvent au coeur de la crise.

 

Ce centre est une représentation concrète des efforts des Etats-Unis ainsi que de nos partenaires pour promouvoir la qualité de l’information et le professionnalisme des journalistes.

 

Beaucoup d’entre vous sont familiers avec l’ancien Centre Américain pour la presse situé dans notre ancien Centre Cultural Américain. Quand nous avons déménagé vers la nouvelle Ambassade, nous avons réalisé que le Centre était trop loin des journalistes pour être une ressource utile. Nous avons aussi cru que pour être efficace, le centre devait avoir le maximum de soutien possible. En consultant nos partenaires, nous avons décidés que nous partageons des objectifs communs dans le travail que nous menons avec la presse et qu’ensemble, on peut faire beaucoup plus pour promouvoir la qualité du journalisme à Madagascar, que séparément.

 

Il est important de noter que pour la toute première fois, toute une variété d’institutions et d’ambassades sont venues ensemble pour réaliser ce projet. Ainsi, je tiens à remercier le Programme de Développement des Nations Unies, la Banque Mondiale, le WWF ainsi que nos collègues de l’Ambassade de France pour leur volonté de coopérer avec nous dans cette initiative.

 

Travailler pour assurer la liberté de la presse et promouvoir des normes professionnelles pour les journalistes, voilà des intérêts qui dépassent les limites institutionnelles ou même nationales. Si nous voulons aborder avec efficacité les défis auxquels la presse Malagasy fait face, nous devons procéder d’une manière coordonnée. Ce Centre sera une énorme force qui unit, non seulement pour les journalistes, mais pour les partenaires internationaux aussi.

 

Au lieu de voir chacun de nous organiser des séances de formation pour journalistes dans nos institutions et ambassades respectives, nous disposerons désormais d’une manière de coordonner et de collaborer sur ces projets.

 

Comme nous avons déjà commencé à discuter, on peut mieux relier ces séances de formation entre elles pour qu’elles deviennent parte intégrante d’un processus plus large consistant à bâtir les fondations d’une institution de presse solide et indépendante.

 

Certes, nous avons la ferme intention de faire de sorte que ce Centre se transforme au cours des deux prochaines années pour devenir une institution entièrement Malagasy. Nous allons continuer à l’accompagner à travers ce processus et même au-delà. Ceci dit, nous espérons que vous, les journalistes de Madagascar, viendrez ensemble grâce à ce qui vous réunit réellement – au lieu de garder vos distances à cause des différences que vous percevez.

 

Vous tous, quelle que soit votre origine ou vos affiliations dans l’arène de la presse, faites face à des défis similaires. Ces forces qui vous unissent vous permettent d’améliorer votre condition de travail, la qualité de votre travail, ainsi que le prestige de votre profession. Vous avez certes un appel très important, même essentielle dans une société libre et démocratique.

 

Vous pouvez aider à diriger votre pays vers la place qui lui vient de droit parmi les nations démocratiques, prospères et respectées dans le monde. A travers l’accès à l’information les plus précises et ponctuelles. Je vous encourage à utiliser ce Centre non seulement comme ressource pour vous individuellement, mais aussi comme force qui unit tous les journalistes.

 

Le fait que le Centre soit situé dans l’un des meilleurs organisations environnementales au monde constitue une énorme opportunité pour les journalistes. Autant on a beaucoup parlé des défis auquel l’environnement à Madagascar est confronté, on n’a que très peu parlé des défis auquel l’environnement à Madagascar est confronté, on n’a que très peu parlé des manières dont on peut résoudre ces problèmes.

 

Quand on a célébré la Journée Mondial de l’Environnement vers le début de ce mois au Parc National de Ranomafana, nous avons vu des foyers de feux de brousse le long des rives de cette icône nationale. Pour faire face à cette menace, il doit y avoir plus de compréhension parmi le public et les classes politiques sur la manière d’aborder cette menace contre les ressources de Madagascar, avant q’il ne soit trop tard.

 

Ce Cetre vous donne accès aux ressources, experts et informations qu’il fat pour vous informer de manière efficace et informer votre assistance sur la manière dont on résout ces questions. Nous espérons que grâce aux énormes ressources que ce Centre met à votre disposition, on pourra raconter l’histoire de Ranomafana et d’autres semblables pour que Madagascar puisse surmonter les défis d’aujourd’hui et commencer à rêver d’un nouveau lendemain.

 

Merci et bonne chance !

An’iza marina i Madagasikara, 51 taona aty aoriana?

Miarahaba ny rehetra nahatratra ny Asaramanitra.

1642 no niforona ny Société de l’Orient izay naka alalana tamin’ny Cardinal de Richelieu haka an’i Madagasikara (indrisy!) sy ireo nosy kely manodidina azy ka hanorim-ponenana eto. i Fort-Dauphin loha no noforonin-dry zareo, ary Ile de Chine no niantsoany an’i Madagasikara.

Talohan’ny niverenan’ny fahaleovantena dia 60 taona mahery no naha zanatany frantsay an’i Madagasikara.

Tamin’ny faha-Ranavalona II ka tonga hatramin’ny fotoan’andronRanavalona III no nanafika an’i Madagasikara ny frantsay. 1883 no ady voalohany ary 1885 no natao sonia ny fampitsaharana ny ady.

Nasaina nandoa onitra ny fanjakana Malagasy ary nomena ny frantsay ny faritra avaratry ny nosy rehetra, fantatra tamin’ny hoe Baie de Diego Suarez. (voa dobla toy ny dakam-boriky!)

1894 ny fanafihana faharoa. Tafiditra an’Antananarivo ry mpanjanaka tsy vanona ny taona 1895. Lasa protectorat i Madagaskara, ary avy eo zanatany tanteraka rehefa nivoaka ny Loi d’annexion tamin’ny 1896.

Nesorina tsy ho mpanjaka Ranavalona III ary nalefa tany Algerie ho sesitanyrehefa avy nandalo tao La Reunion.

Nijoro nanomboka teto ireo antoko sy fikambanana miafina samihafa.

Be ny aina nafoy sy ny rà latsaka mandrapahalany ny Loi Cadre, na koa ny Loi Gaston Defferre tamin’ny 1956, mba ho ampiharina teto Madagasikara ny taona 1957.

Io Loi Cadre io no nametraka ny fisian’ny resaka Governorat ka ny Haut commissaire frantsay no filohan’io tany amin’ireo tany nozanahany toa an’i Madagasikara ary ny voazanaka no mifidy izay ho filoha lefitra.

1958: mody novàna ho Etat libre dans la communauté francaise no sata misy an’i Madagasikara. Dia foana nanomboka teo koa ilay Loi d’Annexion

Androany no mitsingerina ny nanambaràna ampahibemaso ny fiverenan’ny Fahaleovantenan’i Madagasikara.

Tamin’io andro io no natao sonia teny amin’ny Lapa Andafiavaratra ny antontan-taratasy mikasika izany ka ny Filoha Phillibert Tsiranana no nisolo tena ny fanjakana Malagasy tamin’izany. Jean Foyer, sekreteram-panjakana misahana ny tany mpikambana ao amin’ny firaisambe frantsay kosa no avy tamin’ny andaniny mpanjanaka. Olom-panjakana sy olona manan-kaja maro no nanatrika ny fotoana.

Vita ny teny an-dapa, dia nankeny Mahamasina indray ny antoandron’io 26 Jona 1960 io hanao ny fanambaràna ampahibe-maso ny fiverenan’ny fahaleovantena teo ambony VatoMasina, ka ny tamin’ny teny Frantsay dia ny minisitra frantsay no namaky azy, ary ny tamin’ny teny Malagasy dia ny filoha Tsiranana no namaky azy. Notronin’ireo mpianatra avy ao amin’ny Sekoly Normaly Avaradrova sy Mahamasina, nasaina manokana hiredona ny hiram-pirenena izay noforonin’i Pasitera Rahajason sy Raharisoa Norbert (namorona ny feony) « Ry Tanindrazanay Malala o! ». Izy namorona ny feony mihitsy no nibaiko  ireo mpihira.

Hira isan’ny nifaninana tamin’io fiventintsika ankehitriny io ny hoe « Zanahary o! Tahio ny Tanindrazanay (nahazo ny laharana faharoa) noforonin’i Gilles Ramiarisaona, ka dia noventesina ihany koa, ary dia i Sefo Randria izay namorona koa ny hira hoe « Ho Tiavinay Mandrakizay » (nahazo ny laharana fahatelo) no nibaiko ireo mpihira avy eny ambony tafon’ny tribune.

Ramarosaona Emile kosa no nandika ny hafatra avy amin’ny Gl De Gaule tamin’io fotoana io.

Aoka tsy ho adino ihany koa fa tamin’io 26 Jona 1960 io no nanolorana voalohany ny faneva ho an’ny tafika Malagasy. Mankalaza ny faha 51 taona niorenany koa izany ny tafika Malagasy, ka ny Kolonely Ramanantsoa no nandray izany avy amin’ny Filoha Tsiranana, taorian’ny fiventesana ny hiram-pirenena sy ny tsangan-tsaina. Tamin’io izany no matso voalohany nataon’ny tafika sy ny zandary Malagasy.

Teny Betongolo ny marainan’io no natrehan’i Kapiteny Ramarolahy, Commandant d’Arme, ny tsangan-tsaina voalohany, tamin’ny 8 ora maraina.

Fitaovana sy fanamiana Sinoa no hita betsaka ho an’ny tafika Mlagasy

Sombin-tsary avy amin’ny fankalazàna 2011:

Afomanga sy tifitra avylavitra

Aza taitra amin’ilay tifitra e! Fomba fotsiny io entina hilazana fa avy lavitra no nitifirana ny sary.

Fankalazàna ny  fitsenana ny Andro niverenan’ny Fahaleovantenam-pirenena (25 Jona 2011 2011, Anosy , Antananarivo)

Sary vitsy monja ho anao mpamaky

 

 

 

Fa aoka zalahy mba hialàna ity manipy tavoahangy plastika any an-tampon-dohan’ny sasany ity a. Raha miverina eo amin’ny lohanao moa iny ary niova no tena tavoahangy fa tsy plastika intsony, dia ahoana re eeee! Tsy te-hahita aho.

Bilaogy: Ilain’ny mpanao gazety Malagasy ve?

Eto ampiandohana dia isaorana sahady ny fiaraha-miasa amin’ny US Embassy sy ny WWF  nanasa anay bilaogera tamin’ity androany itynahafahana nanao atrikasa niaraka tamin’ireo mpanao gazety Malagasy isan’ny sangany vitsivitsy. Teny Antsakaviro, tao amin’ny Media Center / WWF no natao ny fihaonana.

Betsaka no efa mahalala ny atao hoe bilaogy, saingy ny hetaheta te-hahalala sy hampiasa azy io dia tsy nisakana ny hanoroana sy hitarihan-dàlana ireo izay mbola liana ny amin’izany.

Rehefa avy nitafatafa fohy sy nifampizara fomba fijery momba ny tombon-dahin’ny fampiasana bilaogy, miohatra amin’ny asa fanaovana gazety efa nahazatra azy, tamin’ny alàlan’ny fametrahana fanontaniana mivantana taminay bilaogera, dia rafitra nanokatra ny bilaoginy manokana ireto namana mpanao gazety ireto.

Eto amintsika no mbola vitsy ny mpanao gazety mampiasa ny tontolon’ny bilaogy ho sehatra ikarepohana ilay ‘voankazo voarara’ tsy azo navoaka tany amin’ny tontolon’ny asa, fa raha any ampita, dia efa marobe tokoa ireo matihanina amin’ny asa fanaovana gazety no miafina anaty anaram-petaka, na solonanarana hafa, ary mamoaka ireny ‘voankazo voarara’ ireny ho hita sy ho fantatry ny vahoaka amin’ny endriny bolongana. Ary dia izay iantefany avy eo no mamakafaka sy mandray izay tiany hatelina.

Ianao ve tia mihinana voamadilo, izaho kosa tia mitsako makirana?  Ho antony tsy hahafahantsika mifandray va re izany e? Tsia avy hatrany no valiny. Mety ho be araka izany ny lafin-javatra tsy itoviana, fa kosa tsy sakana ireny ho an’ny bilaogera. Vao mainka aza toa kofehy mampifaningotra azy rehetra ho lasa tarika indray mihira. Miteny amin’ny anaran’ny Fahalalahan’ny Fanehoan-kevitra. Ny toy izany no irianay koa ho tonga amin’ireto namana mpanao gazety matihanina nanatrika ny atrikasa natao androany, izay nanomboka tamin’ny 2 ora mahery ary tsy nifarana raha tsy efa nahita an’Iarivo mirehitra jiro teny an-dalana namonjy fodiana.

Savaranonando ihany ny androany, fa ny manetsa be mbola ho avy, ka dia nifanome fotoana ho amin’ny tapa-bolana indray ny be sy ny maro.

Fenitra niraisana sy teny nifanomezana moa ny tsy hanomezana etoana ny anaran’ireo mpanao gazety samihafa tonga nanatrika ny atrikasa, ny toeram-piasany (mombamomba azy). Ekena izany, satria nahoana tokoa angamba hoy ianao? Inoana fa mbola tsaroan’ny maro ny fanenjehana nahazo ny bilaogera sasantsasany nandritra ireny olana nolalovan’ny firenena ireny, ary hatramin’izao aza, koa rariny loatra raha sarotiny amin’ny fiarovany ny tenany izy ireo.

Nambara tamin’ireto namana mpanao gazety ireto ihany koa anefa fa tsy miasa irery ny bilaogera Malagasy, fa misy dia misy tokoa ny fikambanana samihafa mijery sy manara-maso ny zava-mihatra amin’izy ireo ( isan’ireny ny Reporters Sans Frontiere) sy ny famoahana ataony, ary segondra no isaina dia mahalala izay zavatra manjo ny bilaogera Malagasy izao tontolo izao.

Ny bilaogy no nanombohana ny hetsika, fa mbola ho avy koa ny fampiasàna ireo sehatra maro  samihafa zo trandrahana eo anivon’ny aterineto.

Tanaty firahalahiana tanteraka no nahatanterahan’ny fotoana androany.

Alohan’ny hisarahana dia indreto antontan’isa vitsivitsy nalaina tany ho any, isa izay maneho ny lanja sy toerana tsy mitsaha-mitombo tànan’ny fampahalalam-baovaon’olon-tsotra eo amin’ny sehatry ny asa fanaovana gazety. (loharano : Locita)

  • 54% amin’ireo trano famoahana manerana izao tontolo izao no manana bilaogy
  • 47% no mitsidika ny Twitter  sy mampiasa azy ho toy ny loharanom-baovao na hanatanterahany ny fanamarinana ny vaovaony ary 35% no manao toraka izay saingy amin’ny alalan’ny Facebook;
  • 30% no manaraka ireo bilaogy efa fantany hatrizay ary  47% no mijery hafa vaovao mihitsy;
  • manakaiky ny  60% no mpanao gazety manatona mivantana maka ny vaovaony eny amin’ireo tomponandraikitry ny serasera samihafa eny, ary 59% any amin’ny mpitondra tenin’ireo orinasa samihafa;
  • 55% no milaza fa manana ny kaonty Twitter azy manokana ny toeram-piasany ary  54% no manana bilaogy iray tantanan’olon-tokana na iarahanà mpanao gazety vitsivitsy mitantana;
  • Lasa safidy omena tmbon-dahiny manokana ny endrika fanapariahana amin’ny alalaln’ny lahatsary ho an’ny  48% milaza fa mampiasa azy ity handrafetana ny votoaty avoakany;
  • 1/8 amin’ireo fikambanana no tsy manana karazana votoaty mifandrohy amin’ny fampahalalam-baovaom-bahoaka, raha 1/4 izany tamin’ny fanadihadiana teo aloha natao tamin’ny taona 2008;
  • Eo amin’ny lafiny hatsaràn’ny asa vita, 45% amin’ny mpanao gazety nanontaniana no miaiky fa mila mamokatra votoaty misimisy kokoa miohatra amin’ny firohotan’ny fampahalalam-baovaon’olon-tsotra. Na izany aza, 44% no milaza fa mnkamam ny asany, raha  34% izany tamin’ny taona  2010 ary  27% ny 2009.

Dia mandra-pihaona indray ry zalahy sy zavavy aaaa!

Lahatsoratra mifandraika: Global Voices Online Malagasy

Mila vonjy i Soanirina kely

Zaza vao roa volana i Soanirina, ary tratry ny aretina fivontosana be eo anelanelan’ny orona roa, noho ny taolana tsy mikaona ara-dalana eo amin’izany faritra izany.

Tsy vita tany amin’ny toerana niaviany ny niaviany ny fitsaboana ka voatery nampakarin’ny mpitsabo ho aty an-drenivohitra izy sy ny ray aman-dreniny.

Efa nisy ny nanampy tamin’ny fanaovana scanner. Mbola hiatrika analyse anefa izy amin’ny Alatsinainy, hijerena ny tokony ho fizotry ny tohin’ny fitsaboana tsy maintsy hatao aminy. Tsy maintsy hiatrika fandidiana i Soanirina kely, nefa tsy manana izay ho enti-manana ho amin’izany ireo nahitàny masoandro.

Azonao atao ny mitondra anjara biriky ho fitsaboana sy ho ala nenina amin’ity zaza ity, ka na ianao manatona mivantana eny amin’ny HJRA Efitrano 129 ao amin’ny Neuro Chirurgie, na antsoinao koa ny eto amin’ny Gazety_Adaladala izay hanolo-tena hampita izany amin’izy telo mianaka.

Andriamanitra manana ny fanomezam-pahasoavana tsy mety ritra anie hamaly anareo araka izay azonareo ho atao ho an’ny zaza

Vanessa sy ny maso tsy mitoviny

Zazavavy menavava vao 10 volana i Vanessa. Zaza special no filazan’ny ao an-tampon-tananan’i Manjakandriana azy noho ireo masony roa tsy mtovy loko; mainty ny havanana ary manga kosa ny havia.

Tsy dia nahataitra ny reniny loatra izany.

Milaza ny mpitsabo iray fa tokony hanatona mpitsabo manokana momba ny maso ihany ny zaza tahaka an’i Vanessa,. Mety misy fivontosan’ny atidoha ao ambadik’io tranga io hoy ilay mpitsabo, ka na tsy mbolamniseho amin’izao fotoana izao aza ny tena voka-dratsiny, dia hitombo sy hiseho miaraka amin’ny fitombon’ilay zaza.