Fanangonan-tsonia ho fanavotana aina

Hoy ny dradradradra sy tolokon-jaza manao hoe

Fasride sy Sajjad Mohammadi e Ashtiani no anaranay,zanak’i Sakineh Mohammadi Ashtiani. Hatrany amin’ny fahazazanay dia hirifiry no nentinay satria fantatray fa nofonjana i Neny mandram-piandry ny zava-doza hihatra aminy (ny fitoraham-bato azy). Teny izay mampivarahontsana anay ary tsy tianay akory na ny hanonona azy aza

…mety ho faty izy ary mila ny fanampian’ny rehetra.

Ireo no teny avy amin’ny zanaky ny vehivavy Iraniana iray voaheloka amponja efa hatramin’ny taona 2006 noho ny fiampangana azy ho nijangajanga. Heloka izay mahafaty any Iran, ary amin’ny alalan’ny fitoraham-bato (lapidation)

Be no efa nanao hetsika ho fanoherana izany sy ho famotsorana azy. Tanàna 100 eran’izao tontolo izao sy fikambanana tsy miankina maro no efa nifanome tanana. Isan’ireny ny Prix Nobel de la Paix, ny Filoham-pirenena tao aloha sy olo-malaza hafa koa.

Azonao atao ny mamaky ny tantara ao amin’ireto rohy ireto

amin’ny teny Malagasy ao amin’ny Global Voices Online Malagasy

amin’ny teny Frantsay, tranonkalan’ny TV5Monde
tranonkalan’ny Amnesty International

Misy fanangonan-tsonia anaty aterineto atao amin’izao fotoana mba ho fiarovana ny ain’i Sakineh (tsindrio eto na koa iray amin’ireto 123).

Koa asa lahy raha mba azonao atao ny mampiely ity hafatra ity mba hahabetsaka ny sonia voahangona. Mahatratra eo amin’ny 1800 hatramin’ny 2000 isan’andro eo ny sonia voaray ary efa 207.340 no voahangona hatramin’ny fotoana nanoratana ity ho anao eto amin’ny Gazety_Adaladala.

Hoy ny tenin’ireo zanany hoe

« dia tsy hanana fo mangoraka ve izao tontolo izao ka hamela ny zava-doza toy izao hitranga? »

Fitanisana vitsy mifandraika amin’ity tantara ity:

Tenin’i Marina Nemat mpanoratra ny «Prisonnière à Téhéran ». hamoaka ny bokiny faharo « After Tehran », amin’ny volana Septambra.

Unissons nos voix
De 1982 à 1984, j’étais adolescente et prisonnière politique à la prison d’Evin, à Téhéran. J’ai été torturée et violée, et j’ai vu nombre de mes amies souffrir et mourir. La vie de nombreuses jeunes innocentes a été détruite. En dépit de cette violence, le monde a fait comme si rien de cela ne s’était produit. Les prisonnières d’Evin se sont alors senties abandonnées et oubliées…
…En Iran, les prisons politiques, y compris celle d’Evin, sont toujours actives. Des personnes y sont torturées et exécutées tous les jours. Lorsque de telles atrocités se produisent, ceux qui gardent le silence et qui refusent de s’y opposer deviennent des complices. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre que les gouvernements passent à l’action. Je crois à la force de chacun d’entre nous. Nous pouvons tous contribuer à créer un monde meilleur. Chaque petit geste que nous posons peut entraîner un mouvement aussi puissant qu’un tsunami.
Sakineh Mohammadi Ashtiani a été condamnée à mourir en Iran. Bien d’autres personnes croupissent comme elle dans leur cellule aux allures de cimetière, possiblement dans l’attente d’une mort atroce. Elles ne sont pas seules ni oubliées. Même si nous ne connaissons pas le nom de chacune d’elles, nous les accompagnons dans leur calvaire. Je ne crois pas à la violence, mais plutôt à la puissance de nos voix réunies. Ensemble, nous nous ferons entendre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :