Ambohijatovo androany 11-09-2009

Ny tenin’iza no arahana, ary ny an’iza no hodisoina?

Raha nilaza tamin’ny rehetra ry TABERA sy LECACHEUR teny Ankorondrano (kianjan »ny ara-dalana »)  omaly ny amin’ny mety hidinana an-dalambe sy hankanesana eny amin’ny kianjan’Ambohijatovo (kianjan’ny « demokrasia »), dia nandiso izany kosa ry RAKOTOVAHINY Emmanuel sy ANDRIANARISOA Ange.

Tsy nohamaivanin’ireo mpitandro filaminana anefa izany fa dia tonga maraina be teny anoloan’ny vavahadin’ny kianjan’Ambohijatovo izy ireo. Fiara vaventy miisa 4 no mitoby eo, ankoatra ireo fiara hafa nidina nizotra ho any Analakely hanao fisafoana sy hijery taratra ny manodidina. Efa misy hetsika voaomana mialoha rahateo ao anatin’io kianja io, ary efa eo ampametahana ireo fitaovana filalaovana samihafa ho amin’izany ny tompon’andraikitra.

Etsy andanin’izany koa anefa dia tsy hay intsony ireo olona mivorivory ety ambony akaikin’ny TELECEL fahiny (ilay sampanana mifandray amin’ny fidinana avy any Ambatonakanga iny), na olona haniona ny antso omaly, na olona liam-baovao fotsiny ihany.

Hita araka izany fa dia miakatra tokoa ny maripàna politika eto Madagasikara.

Ny ankolafy Zafy Albert rahateo moa efa nilaza fa « Raha ady no ilain’i Andry Rajoelina, dia hahita izy« . Samy nitatitra ny momba izany avokoa ireo mpampita vaovao rehetra.

Tombontsoa ho an’iza, na vondrona toy inona anefa ny fikorontanana?

Efa fiteniko matetika foana ny hoe ny mpanaopolitika anie ka mody miady androany, fa mifanoroka atsy ambadiky ny rideau e!

Porofo mivaingana amin’izany no atrehintsika ankehitriny. Nanao izay ho afany RAVALOMANANA hanalàna sy hanilihana an-dRATSIRAKA (tsy hiteny aho na ‘coup d’éta’t iny na tsia) ary dia nitarika ny olona hanao ‘désobéissance civile’, na tsy fandraisana baiko avy amin’ny mpitondra teo amin’ny fitondrana intsony. Nisy ny maty, nisy ny mitondra takaitra mandra-maty (na raharaha 1991, 2002 na 2009 io). Ary rehefa tonga teo amin’ny fitondrana ingahirainy io dia avy indray i ZAFY Albert nilaza fa tsy hanaiky ary tsy hiantso mandrakizay an’ingahy Ravalomanana hoe ‘filoha’, fa aminy dia toy ny olon-tsota rehetra ilay rangahy iny. Izany dia mandra-pialan’i « dada » teo amin’ny fitondrana. Tonga indray ny 2009, dia nentin’i Andry teny ankianja ny vahoaka ary dia izao atrehintsika ankehitriny izao sy mbola iainantsika ny tantara.

Ny mizaka ny vokatr’izany rehetra izany ve? IZAHO, IANAO, ny vahoaka tsy mandady harona, fa ny politika mizotra, mizotra foana mankany mankany.

Izao dia mifandray tànana (mba tsy hilazako hoe mifanao ‘bras dessus-dessous’) ry ZAFY-RAVALOMANANA-RATSIRAKA). Ary ianao VAHOAKA, iza no mba azonao atao ‘bras dessus-dessous’? Rehefa lany ny mamy ao aminao dia aloa tahaka ny fikam-pary ianao, ny omby sisa akamanao, na ny tany mba hitelina anao ho zezika.

Ny mahagaga koa anefa dia misy foana hatramin’izao ny olona voarebirebin’ny mpanao politika ka azo aroso ho sorona isak’izay misy tiana hahatongavana. Firy ny maty tamin’ny 07-02-2009? Tsy fantatra. Nefa mba misy  ve fanadihadiana marina sy mitombina hahalalàna ny amin’izany? Firy ny maty 10-08-1991? Fanontaniana toy ny teo aloha ihany koa ny momba an’io. Tsy lazaina moa ny momba ny 2002.

Anjaranao vahoaka no misaina. Mbola fotoana ve izao hanaovanao sorona nyainao ho an’ny politika maloton’ny sasany? Fotoana ve izao hamoizanao ny zanakao, ny vadinao, ny havanao noho ny hambom-po diso toeran’ireo be vozona sy matavy noho ny politika? Fotoana ve izao mbola hitampenan’ny masonao, na ny sofinao ka hanarahanao tsy misy fepetra izay heverinao ho marina (na hany tokana mba fantatrao) hatrany amin’ny fahafatesana?

Aoka hisokatra amin’ny lafy maro ny fijery sy ny fihaino fa izany no mahatonga antsika ho toy ny soavalin’Anosibe : tratry ny tampi-maso havia sy havanana, ka tsy mahita afa-tsy ny lalana asaina izorana. Ny fanaovana ‘halako hatramin’ny tsinay mainty’ no tiako hahatongavana eto, ka na misy aza feo tokony hohenoina avy amin’ny ankolafy hafa, dia sesehana lamba ny sofina tsy handre, na akimpy ny maso tsy hahita.

Am-bava homana, am_po mieritra. Atsipy ny tady ho an-tandroky ny omby, ny teny ho ao am-pon’ny mahalala.

Une Réponse

  1. DES ASSISES REGIONALES AUX SOCIETES CIVILES ACTIVES – UNE PROPOSITION (*).

    Afin de ne pas gaspiller toute l’energie mobilisée lors des assisses régionales, afin d’éviter toute démotivation totale des citoyens qui ont participé à ces assises qui ont dû, malgré toute polémique, réveillé un certain sens de devoir civique chez au moins quelques uns, je me permets ici de faire une proposition qui me semble relativement faisable à condition que diverses associations, ONG, ou simple groupement de citoyens s’y intéressent et investissent pour sa matérialisation / sa réalisation effective.

    Sachant que le peuple malagasy en général est mal éduqué et mal informé, et que c’est la principale racine des maux de notre société qui a fait que les chefs d’Etat successifs ont systématiquement réussi à profiter et à abuser de notre ignorance, au fil des générations, cet état des choses nous a laissé aujourd’hui dans une pauvreté profonde, une pauvreté non seulement matérielle mais aussi physique et intellectuelle, qui se reflète dans la dégénération de l’humain et la dégradation de notre environnement. Nous ne pouvons pas continuer ainsi à attendre l’Etat ni les divers politiciens ni la fameuse communauté internationale (dont la plupart se battent pour l’instant pour leur propres intérêts) pour commencer à pallier à ce problème.

    Il y a quelques mois déjà, j’ai émis l’idée de mettre en place un RESEAU de communication, un réseau interactif de transmission et d’échange d’information à travers toute l’île afin que les citoyens puissent devancer et s’offrir un MOYEN D’EXPRESSION et un moyen de CONTROLE sur l’évolution de la situation politique. Mais je n’avais pas trop élaboré sur le sujet à l’époque. Aujourd’hui, je suggère qu’on pourrait au fait baser ce réseau à partir de plusieurs centres régionaux, des plateformes mises à disposition des citoyens pour instituer de vraies sociétés civiles actives d’une manière relativement continue et aussi représentatives que possible.

    Je propose, pour chaque région, la mise en place des 4 différents centres suivants au moins (ou un centre avec les 4 différentes fonctions suivantes au moins):

    1- Un centre régional d’information: qui collecterait, aggrègerait et divulguerait des informations concernant la région et l’Etat central malgache. Ces informations peuvent être catégorisées en news, évènements, attentes des citoyens locaux, problèmes locaux et problèmes nationaux, projets, éducation, cultures et arts, etc. L’objectif premier étant la sensibilisation et la responsabilisation des habitants en tant que citoyens de la region ET de l’Etat malgache, donc beaucoup d’EDUCATION CIVIQUE.
    Ce centre jouerait le rôle d’INTERFACE entre les citoyens de la région et le rôle de PLATEFORME pour permettre des débats sur le statut et les droits du citoyen, l’embellissement de la région, les attentes vis a vis de la politique et des politiciens régionaux et étatiques. Des notions de base d’histoire, de droits et d’économie sont des préalables à dispenser en parallèle afin d’optimiser cette éducation civique.
    Je verrai ce centre comme un petit marché pour l’échange et la consultation d’information et d’idées, comme un forum en live (au lieu de on-line).

    2- Un centre régional pour l’éducation et la formation qui contribuerait
    (a) d’un côté à promouvoir l’alphabétisation via des campagnes et des séminaires ponctuels,
    (b) et d’un autre côté, principalement à la constitution de bibliothèque au début (avec divers journaux et revues, des matériels de sciences et techniques, de langues, de droits, d’économie, d’histoire, etc. qui peuvent etre consultés sur place) mais au fil du temps et selon les moyens, des exposés et des projections médiatiques sur des thèmes importants peuvent y avoir lieu afin d’appuyer l’instruction des citoyens- (Appel à toute sorte d’éducateurs pour faire tourner le centre).
    – Personnellement je trouve que ce centre pour l’éducation et la formation est plus importante que le centre d’information cité en (1) mais j’ai mis le centre d’information en premier pour souligner ma réaction à la situation politique actuelle. Pour qu’une majorité de citoyens puisse assimiler la 4ème république et contribuer à fiabiliser les futures élections, vu l’urgence de la situation, les centres d’information cités en (1) serviraient à ce que la donne soit moins biaisée.

    3- Un centre régional pour la santé et pour le respect de l’environnement:
    (a) principalement un centre d’information et de documentation spéciale sur la santé, l’hygiène, la préservation voire l’amélioration de l’écosysteme local, ainsi que l’organisation plus ou moins régulière de campagnes de sensibilisation dans ces domaines.
    (b) Ce centre pourrait aussi permettre une gestion / distribution de médicaments-vaccins-etc., l’analyse des besoins médicaux, etc.
    (c) Pour le soutien au développement et à l’expansion des infrastructures opérationnelles des hôpitaux / des dispensaires / centres médicaux, etc. dans la région.

    4- Un centre pour l’art et la culture, les sports et loisirs: à définir et à développer selon les affinités, les spécialités et les goûts de chaque région, pour organiser localement des évènements populaires, culturels et artistiques plus ou moins régulièrement.

    Chaque centre peut avoir une gestion tout à fait indépendante. Mais les divers centres peuvent être aussi gérés de manière centralisés au niveau de la région, auquel cas il faudrait également:

    5- Un centre de coordination pour:
    (a)- se charger de tous les recrutements pour satisfaire les besoins -permanents et temporaires- de tous les centres de la région.
    (b)- la gestion logistique et financière: la gestion des immobiliers, des locaux et infrastructures etc. de tous les centres.
    (c)- l’organisation de la sécurité pour assurer la sécurite des centres dans toutes leurs activités et transactions.
    etc.

    Ces centres offriraient une structure dont le but est de permettre aux citoyens de s’exprimer, de se rencontrer et de débattre sur l’évolution de la société et de la région à laquelle ils appartiennent, mais aussi de participer chacun à sa manière, d’agir pour sculpter cette société au mieux à la mesure des moyens disponibles.

    C’est comme cela que je concois une société civile vivante et active sur tous les fronts aussi bien localement qu’au niveau national. Ces centres pourraient offrir un cadre qui permettrait aux citoyens d’agir indépendamment de l’Etat, et ainsi être plus ou moins libres et plus ou moins organisés pour agir en tant que contre-pouvoir ou pour appuyer les actions de l’Etat selon le cas. Car ils ne seront pas rattachés au système administratif de l’Etat, ils auront une marge de manoeuvre sans doute limitée aux moyens et aux fonds qu’ils réussissent à lever, mais ils pourront au moins agir (peut-être plus rapidement) sans forcément avoir à attendre des moyens accordés par l’Etat malgache (qui est de toute manière pauvre, donc si jamais l’Etat accorde des moyens, ce ne sera pas considérable de toute facon), ils pourront au moins s’édifier en tant que force de pression sur la gestion de l’Etat (au moins au niveau local) au lieu de devoir systématiquement subir les mauvaises décisions politiques.
    Ces centres peuvent être identifiés à un système de lobbying à la disposition et au service des citoyens de manière à faire contre-poids aux propagandes politiques.
    Le flux d’interactions dans ces centres permettrait de construire une vision cohérente et réaliste de la société malagasy et d’élaborer une vision long-terme, un paramètre déterminant que la future Constitution devrait incorporer pour garantir sa pertinence.

    Ceci n’est qu’une ébauche d’idee qui est libre d’être développée et améliorée pour que sa réalisation soit effective. Et je remercie déjà toutes réactions à cette proposition. C’est une idée que je lance à toutes les associations, ONG et/ou groupement de citoyens pour oeuvrer dans toutes les régions de Madagascar dans ce sens. A l’heure actuelle, les citoyens malagasy ont besoin de plateformes independants de l’administration publique pour contribuer à la mise en place d’une 4ème république représentative de l’aspiration et des affinites de la majorité des citoyens. Offrons-nous alors le plus tôt possible les structures et les moyens de concocter ensemble une société meilleure, il y a des choses qui sont possibles, faisables et qui peuvent peut-être être efficaces sans que nous ayons à attendre des volontés politiques. Chaque région doit se mobiliser pour réaliser la mise en place d’une société digne et peut-être bien meilleure que tout ce que nos politiciens aient jamais réussi à nous faire rêver jusqu’à aujourd’hui depuis pratiquement un demi-siècle d’indépendance.

    Si chacune des 22 regions seraient pourvues de ces centres, au bout de combien de temps ces centres pourraient-ils être opérationnels et agir efficacement? Cela va dépendre de l’intensité des volontés investies dans ce genre de projets et des moyens collectés mis à disposition par les diverses associations, ONG et simples citoyens qui veulent bien s’investir et mettre en place ce genre de centres.
    La diaspora pourrait également contribuer en soutenant matériellement et/ou financièrement ces structures (Beaucoup de matériels utiles n’ont pas besoin d’être tout neuf comme des livres, des revues, des films, des ordinateurs, des écrans, etc. ou des outils de travail, des quincailleries et des petits meubles pour assurer un minimum d’aménagement et de confort dans ces centres.)

    Si les gens peuvent cotiser, se solidariser et s’organiser pour la construction d’une église, je ne vois pas pourquoi ils ne pourraient pas faire autant pour monter de tels centres pour le bien-être de la communauté et de la Nation. Ce genre de centres peuvent même etre mis en place au niveau des Fivondronana ou des Firaisana plus tard.

    Le but est de mieux établir ce qui ne va pas, de discuter de ce qu’on peut faire pour changer la situation ET DE PASSER A L’ACTION. Si nous ne faisons rien à part palabrer et de la propagande, nous risquons de subir cette fameuse 4ème république comme les précédentes républiques, car pendant que nous palabrions, cette 4ème république risque de s’imposer sournoisement encore comme les précédentes, et nous, peuple malagasy, serions de nouveau mis devant le fait accompli avec tous les frais à payer de notre sang. Il y a un moment où il faut passer de la théorie à l’action sur le terrain, car si on ne consacre notre temps qu’à crier sur l’Etat et à faire appel à la communauté internationale pour changer les choses (dont nous sommes les premiers concernés), on risque d’attendre très longtemps encore comme il a été déjà prouvé maintes fois que même si la CI débloque des fonds, ces fonds atterrissent de toute facon très rarement là où nous, peuple, nous en avons vraiment besoin.

    Je me permets donc ici de faire appel à toutes les associations, toutes les ONG et tout groupements de citoyens qui se soucient du sort des Malagasy, de considérer la présente proposition. Merci.

    ———–
    (*)En passant, je me permets ici de faire un clin d’oeil

    à Rota Rakotomalala pour ses articles parus sur Tribunes Madadagascar intitulés:
    – L’engagement citoyen au pluriel (du mercredi 8 juillet 2009)
    – La Société Civile, le 3ème pouvoir – Sommes nous prêts, Citoyens ? (du samedi 8 août 2009)

    [open source🙂 sans restriction de diffusion, de traduction ni d’amélioration du texte]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :