[serasera] Re: Vaovao (tsy) azo antaroby izao. Jeudi 5 Mars 2009 0h50mn 57s

Hafatra ho an’ny daholobe tonga tao amin’ny mail-ko halina izy ireto ary asehoko araka izay voasoratra. Ny tsy azoko ao anatiny fotsiny dia ilay  (tsy) natao anaty fononteny.

*************************************************

De: « NXXXXXXXXX  PYYYY »
Ajouter l’expéditeur dans les contacts
À: serasera@serasera.fr, serasera@yahoogroupes.fr



Démonstration de force de l’Emmo/Far

clip_image001

Le chef de l’état, lors d’un conseil des ministres qui s’est tenu hier matin au Palais d’État de Iavoloha, a une fois de plus réitéré l’urgence du rétablissement de la sécurité sur le territoire national. Les membres de l’Emmo-Far ont été renforcés par des éléments de l’École supérieure de la gendarmerie de Moramanga. Un groupe de militaires dépêchés d’Antsirabe ont également grossi les rangs.
Outre la déclaration du président de la République, un officier supérieur de la gendarmerie a également témoigné le ras-le-bol de la majorité silencieuse face aux manifestants de la Place du 13-Mai. Il explique : « Pour respecter leur liberté d’expression, nous avons attendu la journée du lundi pour constater si l’appel à une grève générale du leader de la Place du 13-Mai a été suivi. L’armée respecte le droit de tout un chacun à la grève, mais elle doit aussi veiller à la liberté de ceux qui ne veulent pas y participer.
« Du moment que cette règle de jeu n’est pas respectée nous sommes obligés d’intervenir. Les manifestants du 13-Mai ont le droit d’inviter les fonctionnaires et les membres du personnel des entreprises franches à les rejoindre, mais le fait d’aller les chercher dans leurs lieux de travail dépasse les limites ». Afin d’assurer la sécurité des biens et des personnes, l’opération de l’Emmo/Far se poursuit ce jour aux alentours d’Analakely.

AZZZZ RaBBBB

******************************************************

Ambositra
Deux morts dans les manifestations
Les tirs des forces de l’ordre ont fait tomber deux manifestants hier à Ambositra. L’un d’entre eux, un garçon de 12 ans, est mort sur le coup tandis que l’autre a rendu l’âme au Centre hospitalier de Volafotsy, toujours dans la ville d’Ambositra. Six blessés sont aussi enregistrés. L’affrontement n’était plus évitable à la troisième journée de la manifestation menée par le Comité de soutien pour la démocratie d’Amoron’i Mania (KMDA).
L’incident était survenu hier après-midi, au moment où les partisans du mouvement de contestation ont effectué une marche vers la résidence à Antamponivinany. Les manifestants qui revendiquent la démission du chef de région, René Rasolofoarimanana, ont cherché d’autres voies menant à la même destination, suite à l’interdiction faite par les forces de l’ordre.
Certains d’entre eux ont intensifié les jets de pierres sur les forces de l’ordre qui ont, par la suite, ouvert le feu afin de les empêcher d’avancer.
Des témoins oculaires ont évoqué la présence de militaires venant de Fianarantsoa dans le rang des tireurs hier, lors de l’affrontement. Les têtes pensantes du KMDA n’ont pas tardé à réagir sur la situation après une brève réunion d’urgence. Elles ont condamné la tuerie tout en ordonnant de nouvelles mesures de sécurité dont la mise en place des barrages tous les 100 mètres à Ambositra depuis hier soir.

FXXX RaRRRRRR

***************************************************

L’appel du président de la  « Haute autorité de transition » à la grève générale est plus que jamais entendu par les fonctionnaires de la ville d’Antsiranana.
La vérité 04/03/2009
Les bureaux des services publics qu’abrite le « Bloc Administratif » ont continué à fermer leurs portes tandis que d’autres à l’instar du service de douanes et autres sont sur le point d’emboîter leur pas. Cette désobéissance civile est le seul moyen que ces fonctionnaires ont trouvé pour manifester leur ras-le-bol et de se faire entendre par l’opinion internationale. « Il est temps que la communauté internationale prenne au sérieux les revendications des Malgaches et arrêtent de jouer à l’hypocrisie en exigeant le respect de la légalité constitutionnelle, alors que Ravalomanana n’arrête pas de violer celle-ci depuis qu’il est au pouvoir. C’est le peuple qui l’a hissé au pouvoir, et c’est le peuple qui le fera tomber de son trône. Quoi de plus légitime ! », a déclaré un chef de service déconcentré de la localité. Et lui de fustiger au passage la Sadc qui visiblement selon lui, à travers son communiqué soutient  la personne de Marc Ravalomanana. Touchant mot aux membres de la société civile qui ont été reçus dernièrement par ce dernier au palais d’Etat d’Iavoloha, à leur endroit, ce responsable qui n’a pas pu cacher sa colère, leur demande d’arrêter leur petit numéro.
Quant aux membres de l’opposition, ils ont tenu leur rassemblement habituel sur la Place du 13 mai hier après-midi où les différents intervenants ont comme à l’accoutumé fustigé le régime en place. Mais, force est de constater que nombre de leurs partisans, notamment les jeunes commencent à se lasser de ces interminables meetings et demandent de l’action. « Il est temps que nous descendons dans la rue pour accélérer le départ de Ravalomanana », ont-ils clamé hier devant leurs dirigeants, d’une manière inattendue. Apparemment, le mouvement de l’opposition tend à s’intensifier dans la capitale du Nord.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :