Anao ny fitenenana(*)

FANEHOAN-KEVITRA VOARAIKO TAMIN’NY ALALAN’NY  YahooGroups androany 21 febroary 2009. Aseho tsy misy novàna, tsy nanampiana tsy nanalàna.

De: « X.X. » <XXXX@yahoo.com>

Ajouter l’expéditeur dans les contacts À:serasera@yahoogroupes.fr

Any,

Misy ny manohana ary misy koa ny tsy manohana…, ny etsika na ny tsy hetsiky ny andaniny sy ny ankilany… Ny azoko ambara antsika rehetra eto dia democracym-bola izao; ary tsindrio fa efa mandady no misy amin’ny Mscar. Mikipy izay tsy mahita fa mahantra ny vahoka, efa mandady mihintsy aza; izay no tena marina…Tananarive dia tsy Mscar; fa jereo ny any @ faritra rehetra any dia ahita isika fa mahantra io fierenana io! Raha tsy mahavita ny mpitondra dia tsy misy mahamenatra no miala, izay no tena democracy… na iza isolo, na iza andray ny fitondrana; refa tsy mavoa ianao dia manetrE tena aloha miala eh…tsy manana code d’honneur mantsy ny olon’ny Gasikara…omaly aho zao nandre fa niala ny ministre economy japs… »fa mamo eny imason’olona » ..tsy miandry alana akory ny PM sy ny Ministres toa ireny firenena mandroso ireny rehefa tsy mendrika…satria izany no BUSHIDO…ary izany no tena olona nahazo fahalalana.. . fa tsy pseudo diplome et virtual connaissance et avoirs… . Lazaiko anareo, vao tsy ela akory dia Moa va re lavin’izao tontolo izao ny hetsika fanonganana dia ny ohatra vitsy no omeko anareo: Iceland; Thailand; Myanmar; Nepal-Butan; Laos; Cambodia etc…manaiky foana ny communaute internationale rehefa mirafitra ny fitondrana.. .ary ny fanonganana fanjakana dia tsy mifanohitra amin’ny democracy mihintsy raha mahita ny vahoaka fa mijaly izy, IZY izay nametraka anao teo amin’ny vato maro…ZONY no manala anao eo; raha tsy mifanaraka t@ fifanarahana nifidiananana anao no ataonao???? Democracy izany !!! Zako ve na isika raha nifidy anao aho ohatra dia nde ataonao MANDADY mihintsy, ny karama tsy maharitra roa andro akory de lany, ny inflation manangatra; ny insecurite etsy an-daniny; ny activites liberales menacees-voahelinge lina; ny investissements mandalo SAMIFIN et BIANCO et declaration des avoirs sy plus de 50 M Fmg @ Bank..etc..satria izay hono no conditions BM/FMI (tsy mahita izany aho nefa eto GCC countries, raha anao investissement Dubai ianao tsisy anontany mihintsy hoe avy taiza io milliard io…, na republic bannaniere.. .); ny taxes etc…ampadadianao ve aho dia ilaza ianao hoe mitady tsy democrate aho raha hanalana anao eo @ fitondrana.. .fa hoy ianao hoe MANDRASA alo leisy fa ny mandatko mbola tsy lany…ary izahay mbola tsy VOKY, tsy mety kosa izany e!!! tena tsy mety…; miafina ao anaty Etat de droit ianao ve ary manandratra izany ho democracy nefa ny ataonao tsy democracy mihintsy…de mbo rariny ho an’ireto vahoaka maro tsy mahita tenenina…? ?? Mandainga izay mpiasa fanjakana Malagasy ka maharitra plus de 10Jours ny karamany…. sns fa mety manao asa hafa na efa hainao ihany eh biz’na… na corruption dans les service publique angamba… . Amoaka volam-bahoaka ianao tsy manontany akory; hanatrika fivoriam-be eran-tany ianao, fianakaviana iray manontolo no mande ary mihitatra izay tsy izy ny dia au frais ny contribuable. ..; miditra ny entanao tsy mando taxes…na mahazo faveur; mihorina ny orin’asanao- mahazo subvention.. .tsy rariny izany ry zareo ah! De ahoana isika no manaiky ny hoe domiko tapany ity hinanako erany! izay no misy @ Mscar. Nahoana isika no manaiky fa tokony hanaja ny democracy sy ny Etat de droit…nefa ianao efa ampandadiziny sy feheziny @ lafiny rehetra…?? ?aza mody matory fa mirata e!? Aza mijery tavan’olona aloha fa ny REALITY fa tsy VIRTUAL REALITY no ataontsika.. . marary kokoa io farany io mantsy rehefa natao ny fandinihina raha miala tampoka ny casque de simulation de la realite…smile! !!! Azonao andramana izy io fa namoaka io casque io i TOSHIBA… . Mety ilaza ianao hoe izay tonga eo dia ho avy anao koa…tsy olana, mety hisaina ihany angamba izy! Izay ihany no ahy…democracy foana io, ary eken’izao tontolo izao foana io…fa ny mpamendrofendro seza sy ny Leches bottes sitrany ahay vazana mitsako no maro @ Mscarntsika. .. . Siora dia courage…satria mbola mihaina ao @ Monde de la Dualite isika Malagasy, ka mitady foana ny equilibre naha dia misy aza ny mizana mitanila; (ka nefa ny CHAOS anie ka tsara mba hisian’ny harmony ehh….hoy ny Ntaolo izay hoe, hitomany ianao anio fa mbola hitsiky kosa rampitso; sady tsisy koa izany hoe marary an-doha nandra-matiny izany- fa izay nahay niala haingana ihany no tsy voa ny Cancer ny loha aloha-smile: Tandremo sao lasa toa ny Hittler, Tzar; Napoleon…sns nihevitra hifehy ka nafehiny); naha dia efa namorana ny Trinity sy ny Quator aza izao Tontolo izao… ho @ dimension na societe vaovao. rahaja

12 Réponses

  1. Iza moa io fa bandy avy tany Japon nody te hanakarena tampoka.
    Tell him to shut up and Japanese should strip him from any degree that he earned from there if any. Hay erY ny manaratsy rehefa tsy misy ihinanana. Tsy mody any Japon any rehefa tsy misy apoaka fa. Any fay tsy misy mpanontany. Na aiza na aiza izao dia mitrongy vao omana, crise mondiale, dia mbola tsy fantatra izany. Ny ataon’ny olona izao dia riding with the flow to let it pass and find positive/proactive idea to smooth the ride. So if he doesn’t have anything good to say: shut up or go back to Japan.

  2. Eny. Marina. Marina indray mandeha, indroa, in-telo, marina, marina, marina fa mandady ny ankamaroan’ny malagasy. Indrindra indrindra fa ny mponina an-drenivohitra izay mitsiriritra fatratra ny fiainan’ny mponina miaina @ tany efa mandroso. Mitsiriritra satria tsy matakatra izany.
    Koa raha nirotsaka andalam-be ary ity mponina an-drenivohitra mahantra fadiranovana, izay tsy mahandry intsony ny ahita izany fivoarana izany : moa ve izy izao niarina ? Mety kokoa ve ny fiainana izao mitaintaina lava izao sy miandry hoe rahoviana no tapitra maty daholo satria mifamono ny samy malagasy ? Mihevitra ve izy fa ho tafavoaka vetivety amin’ny fahavoazana lehibe azo @ ny fihetsiketsehana an-dalambe mihatra isan’andro izao, eny na dia miato kely ary izy @ zao fotoana izao ?
    Ny firenena izao tsy latsaka an-katerena intsony fa mangady ny lavaka hilevenany.
    Dia asa … mety marina ihany ny an-dranamana nanoratra io lahatsoratra io. Aleo tsy asiana fiheverana instony izy ity fa efa ho samy ho faty ihany …

  3. Ho anao ry Gasylavitra > ianao dia hita fa gasy petaka tsy mba nahita horizons hafa, tsy mahita afa tsy ny vav’orona ary tena intellectuellement ambany. Normal raha tsy nisy mihitsy ny démocratie depuis 7 ans.

    Misaotra ry « anao ny fitenenana » fa tena analyse marina ny anao ary momba hevitra aminao ny ankamaroan’ny olona te hiala amin’ny jadona sy MAPihesona

  4. fanontaniana ho an’i gazety adaadala

  5. Raharaham-pirenena: Ansto avo ho any Malagasy tsy ankanavaka (de la part d’une simple citoyen)
    Chers Malagasy,

    Il est difficile de reprocher quoi que ce soit aux gens qui soutiennent encore ra8 actuellement (meme s’il a tire de sang froid sur ses citoyens le 07-02-2009, et recemment en province), car ils ne font que leur travail pour gagner ou pour pouvoir continuer de gagner leur pain (en sachant que (1) le niveau du salaire minimum actuel ne suffit meme pas a pourvoir aux besoins d’une seule personne pour un mois, que (2) le marche du travail actuel n’offre pas tellement de choix, et (3) le taux d’inflation exorbitant des dernieres annees ne permet pas d’ameliorer le pouvoir d’achat des citoyens en general).

    Il est d’autant plus difficile de reprocher quoi que ce soit aux gens qui soutiennent le mouvement TGV, car il est evident que ce sont des personnes qui estiment qu’ils n’ont plus rien a perdre dans l’etat actuel de leurs situations, ils n’ont tellement plus rien a perdre qu’ils mettent leurs propres vies a la merci de ra8, dans l’espoir d’un avenir meilleur, dans l’espoir que leurs droits soient au moins reconnus, dans l’espoir qu’ils puissent enfin s’exprimer et etre ecoutes dans leur desarroi…

    On ne peut pas reprocher aux gens d’etre vandalistes: leur comportement est le resultat de l’accumulation de nos indifferences a tous a leurs besoins (de par nos silences, de par nos peurs, de par nos orgueils mal places, de par notre propre sentiment d’impuissance a faire face a la situation…).

    J’entends par-ci par-la que les gens qui font des sit-in sont des desoeuvres: peut-etre mais leur presence manifeste quelque chose, et leur desoeuvrement est du aux carences de la politique de l’emploi de l’Etat.
    On leur reproche d’etre paresseux et de ne pas travailler, mais encore faut-il qu’il y ait du travail digne de ce nom sur le marche: le marche du travail est vide.
    On ne peut pas reprocher aux jeunes filles et a nos enfants mineurs de se prostituer, car ce n’est qu’une des tristes consequences d’une mauvaise politique de l’Etat qui a neglige depuis trop longtemps toutes les autres dimensions politiques comme le social, le juridique, l’education etc.
    La plupart des gens ne desertent pas l’ecole et les etudes pour le business par choix, mais tres souvent due a la trop grande pression economique, en plus du manque d’infrastructure et de budget pour l’education.

    Oui, la triste situation des dernieres semaines n’est que l’expression de toutes nos frustrations reprimees depuis des generations, de toutes nos peurs, de toutes nos avarices, de toute notre impuissance, etc.

    Il est tellement facile et tellement pas cher de notre part de juger un tel ou une telle, mais la societe qui nous entoure est un miroir a travers lequel nous nous refletons tous. Nous devons commencer par admettre que nous sommes tous responsables les uns les autres de tout ce qui se passe actuellement, et arreter de nous jeter des pierres a la grande risee des spectateurs (qui au lieu de nous remunerer du beau spectacle, vont peut-etre nous le faire payer en plus de ce que nous avons deja a payer pour nos propres betises- qui sait?).
    Et tant que ce genre de reproches continue de fuser, le fahendrena et le fihavanana ne sont que de vains mots.
    (A bon entendeur.)

    Le peuple malgache ne doit pas oublier que son unite est basee sur le Fihavanana. C’est comme dans une famille ou chaque membre est libre d’avoir son propre avis politique, c’est un droit comme un autre, mais au bout, c’est la famille qui prime avant tout, sinon elle n’a plus lieu d’etre. Cad que chacun doit continuer de se sentir responsable et d’assumer ses responsabilites vis-a-vis des autres membres de la famille: c’est une loi fondamentale qui doit primer au-dela de la Constitution.
    Je remercie et je loue a propos la decision de l’Armee d’etre au moins sortie de son silence (meme si elle me semble encore divisee aujourd’hui), et de manifester sa position et sa decision de prendre ses responsabilites (cad normalement maintenir l’ordre et assurer la securite du peuple) face a l’etat actuel de la situation politique.
    Mais l’Armee n’est qu’une partie du Corps du peuple malagasy. J’exhorte le reste de ce Corps du peuple, cad chaque citoyen sans exception, de suivre l’exemple de l’armee pour assurer la mise en place d’une solution a cette crise politique, pour guarantir que cette solution incarne les Droits et les interets communs.

    Soyons conscients qu’il ne suffit plus aujourd’hui de mettre le pouvoir entre les mains d’une personne ou d’un groupe de personnes, pour ensuite s’en mordre les doigts de plus belle quand cette personne ou ce groupe de personnes en abuse. C’est de l’irresponsabilite. Il est grand temps, plus que jamais que chacun de nous, chacun a son niveau, prenne conscience de ses responsabilites en tant que citoyen, ou en tant qu’individu qui aime Madagascar et son peuple.
    Nous avons vecu l’histoire mais il est temps de l’assumer.
    Si nous voulons vivre notre futur, ne serait-il pas mieux de commencer a l’assumer aujourd’hui?
    Car quelque soit les decisions et les actions qui vont etre mises en place a partir de maintenant, nous allons demain devoir vivre et assumer leurs consequences ensemble, en plus des consequences de notre histoire.

    Vers quoi allons-nous nous diriger ou laisser diriger notre futur?
    Pour y repondre, nous devons arreter de polemiquer et commencer a AGIR ENSEMBLE, mais NOUS DEPLOYER car le pays est malade a tous les niveaux: (1) legislatif, (2) executif, (3) judiciaire.

    Afin de pouvoir reparler de justice, d’economie, d’education, de sante publique, de recherche, etc., il faut reviser notre SYSTEME de COMMUNICATION et notre systeme d’INFORMATION, car tant que le maximum de citoyens ne puisse pas participer a cette solution, cette derniere n’incarnera jamais les Droits et les Interets communs, et nous serons tres probablement alors condamnes a repeter le passe (coup d’etats, bain de sang et vandalisme etc. ad infinitum) et je pense que ENSEMBLE, il nous est toujours possible d’offrir a la future generation malagasy un meilleur heritage.

    Pour que le maximum de citoyens puisse participer a cette solution, il faut favoriser l’echange, la discussion et le debat a tous les niveaux: du fokontany, aux firaisana, fivondronana, regions, provinces etc. (Oui, apparemment le peuple a crie mais personne n’a pris la peine d’ecouter)
    Alors il est l’heure de faire appel a toutes les personnes de bonnes volontes, a toutes les personnes riches de potentiels et/ou de competences, issues de tout Madagascar, sans discrimination, pour s’exprimer et pour reparer et remettre notre systeme en marche.

    Ceci est une question de TRANSMISSION et de DISCUSSION d’idees, de sensibilisation sur le theme de la citoyennete et du civisme et enfin de mise en place de SOLUTIONS a la crise et au systeme etatique actuels.

    Ceci implique du travail (beaucoup de travail), de la responsabilite et une bonne organisation (repartition des taches), qui ne va peut-etre pas etre remunere en terme d’argent comptant, cad immediatement en cash, mais c’est pour l’instant le meilleur investissement que je puisse proposer pour un futur avec des bases plus ou moins saines qui guarantit le respect des Droits communs et une economie plus ou moins solide sur le long-terme.

    Notre systeme est pourri et malade a la base, a la racine, ce qui l’empeche de porter des fruits. Nous devons alors le soigner a la base, mais ce n’est pas l’affaire d’une poignee d’hommes, c’est NOTRE AFFAIRE A TOUS.
    Ensemble, chacun de nous peut contribuer a decider et a faconner l’avenir dans un interet commun.

    Que sera-t-il de notre avenir? Le choix a toujours ete et sera toujours le notre. Encore faut-il qu’une majorite de nous, peuple malagasy, en soyons conscients.
    Il ne s’agit pas ici de ra8 ni de tgv, mais de chacun de nous, de NOUS, LE PEUPLE, posons-nous chacun la question: puisqu’il faut de toute facon aller de l’avant, que puis-je faire de constructif pour contribuer a une solution qui incarne les Droits et les interets communs? (ca n’a pas forcement besoin d’etre grandiose: ca peut etre vehicule dans mon comportement et mon attitude face a la situation, ex. en analysant mieux l’information, en encourageant le debat en societe, en informant et en eduquant mieux mon entourage, etc).

    Maintenant, nous ne pourrons pas nous plaindre qu’il n’y a pas de travail car c’est beaucoup de travail qui nous attend, mais le voulons-nous vraiment? Car il y a pleins de spectateurs qui n’attendent que notre demission totale pour tout faire a notre place… et adieu Droits et Interets communs.
    Accordons-nous (1) d’aller de l’avant avec de l’espoir et beaucoup de courage peut-etre vers un lendemain meilleur, ou (2) d’aller de l’avant en continuant de se tirer les uns sur les autres et ne revivre alors que de sombres passes?

    En cette periode sombre pour Madagascar, je me permets de faire encore appel a notre solidarite.
    – S’il s’est avere apparemment possible que des groupes de personnes puissent s’organiser pour un raid de pillages et d’assaults le 26-01-09 (car il semble tres probable que c’etait organise sinon ca ne serait pas parti aussi vite comme une etincelle, sinon ca ne se serait pas etendue si vite dans l’ile),
    – S’il s’est avere possible que la population arrive systematiquement a s’organiser pour assurer leur propre securite en des moments vraiment critiques via la mise en place des andrimasom-pokonolona,
    Alors il doit etre possible que la population arrive a s’organiser pour mettre en place un RESEAU de communication et un reseau interactif de transmission et d’echange d’information a travers toute l’ile afin de devancer la situation et de s’offrir un MOYEN D’EXPRESSION et un moyen de CONTROLE sur l’evolution de la situation qui semble etre bloquee et determinee par les 2 protagonistes en place (ra8 et tgv).
    Si on veut vraiment s’assurer que la situation evolue vers une solution capable d’incarner les Droits et les interets communs, il est necessaire que cette solution parte du peuple meme, du peuple conscient de ses responsabilites civiques, du peuple conscient de la valeur de ses droits, conscient que ces Droits ne sont pas des jouets.

    Pour cela, il est necessaire que le peuple s’organise, se debrouille et s’offre les moyens d’exprimer et d’imposer ses droits et ses interets, sans avoir a dependre des eventuelles strategies de ra8 ni de tgv.
    Dans la periode de crise actuelle, la constitution et les institutions comme le parlement et le senat etc. ne semblent apparemment pas operationnelles, alors il faut que le peuple trouve un ersatz et organise d’autres moyens d’expression plus appropries a la situation.
    La credibilite de cette solution repose sur l’etendue du reseau sur Madagascar: si le reseau prend en compte une majorite des fokontany, des firaisana, des fivondronana, des regions, des provinces, alors l’Armee, de par son role meme pour la nation malagasy ne peut que s’unir pour appuyer ce mouvement du peuple issu de toutes les horizons.

    C’est seulement a ce moment-la que la population peut vraiment avoir un minimum d’influence et peut-etre accelerer le denouement de la situation sans martyrs supplementaires, car la situation dependra alors moins de ra8 et de tgv.

    C’est un peu comme un systeme d’anti-propagande: au lieu que les candidats au pouvoir fassent leur propagande et leurs promesses au peuple, c’est plutot la masse populaire critique, consciente de leurs Droits et de leurs interets qui dicte sa volonte, representes par des porte-paroles issues des olo-kendry et des vrais ray aman-dreny de tout horizon (pas forcement des representants religieux, ni des elites) pour imposer: respectez nos Droits, respectez l’ordre publique, allons de l’avant ensemble pour etablir une base solide et digne des razana et du peuple malagasy…

    J’admet que ce n’est pas facile a mettre en place car, nous peuple malagasy, nous ne nous organisons et ne sommes vraiment solidaires que dans les situations critiques extremes (ex. lors du carnage du 07-02-09).
    Mais sommes-nous alors condamnes a REAGIR aux situations politiques? Non, nous pouvons decider aussi d’AGIR mais il faut le vouloir. Ensuite comme on dit: vouloir, c’est pouvoir. Soyons conscients de nos Droits, soyons solidaire et defendons-les et faisons-les asseoir de maniere a guarantir une base solide a l’avenir de notre peuple.
    Sinon, nous pouvons toujours attendre et voir se qui va se passer (wait and see) et se resigner a accepter que les lois et les droits de l’homme sont tout compte fait, encore vides de sens a Madagascar et que la seule loi qui prevaut et qui marche, c’est la loi de la jungle: la loi du plus fort.

    J’avoue que ce que je propose implique beaucoup de travail car on parle ici de la mise en place d’un reseau de communication et d’echange, un reseau d’information interactif pour assurer un minimum de participation du peuple dans l’amelioration du systeme etatique, et tout cela dans un pays en crise politique et pauvre en terme d’infrastructure et de moyens financiers quand meme.

    Et je ne pense pas que ce soit impossible, on est les specialistes du systeme D, c’est pour ca que je lance quand meme l’ID dans l’espoir que ca va atterir quelque part, dans l’espoir que ca inspire quelques personnes de bonne volonte qui ont les moyens et le pouvoir de l’adopter et de la mettre en place, au nom de tous les Malagasy, au nom de leurs Droits fondamentaux, au nom de nos interets communs a tous.
    Mais ce n’est qu’une idee. Apres, les idees ne vivent pas et ne servent a rien si elles ne sont pas transmises, pour etre eventuellement ameliorees et realisees… dans le respect du Fahendrena et du Fihavanana Malagasy.
    on sait jamais…

    (open source🙂 sans restriction de diffusion, de traduction ni d’amelioration du texte)

  6. ANALYSE de la CRISE POLITIQUE MALAGASY: de la situation actuelle vers une solution possible?

    Chers Malagasy,

    Devant le nombre croissant de mes compatriotes qui meurent en cette periode de crise politique a Madagascar, devant de plus en plus d’insecurite qui tenaillent les familles malagasy, devant de plus en plus d’anarchie dans le pays, je ne peux que taire mon desarroi et mon amertume, mais je ne veux pas taire cette lueur d’espoir au fond de mon coeur. Alors je me permets de vous ecrire pour vous le transmettre ici.

    A mon avis:
    (1) il est indeniable que le pays fonctionne effectivement au ralenti aujourd’hui et que ca va etre comme ca jusqu’a ce que le brouillard soit leve au niveau politique, (que des gens qui ont encore du travail continuent a travailler ou pas, tout va bientot etre fige et il n’y aura de reconstruction durable tant que le risque d’instabilite politique persiste significativement.)
    (2) et vu que les malagasy ont dans la majorite un mode de vie frugal (probablement du a l’impossibilite de faire autrement que par choix),

    alors il semble tres probable qu’il y aura toujours des gens prets a manifester dans la rue tant que la crise n’est pas resolue. Par toujours, je veux dire que ca peut prendre quelques semaines comme ca peut etre une annee …
    N’oublions pas que les malagasy ont, pour la majorite, l’habitude de chercher ce qu’ils ont a manger aujourd’hui le jour meme. N’oublions pas que certains malagasy ont aujourd’hui le sentiment qu’ils n’ont plus rien a perdre de toute maniere… meme pas leur vie (et certains sont recemment morts, paix a leurs ames).

    On ne peut pas empecher les gens d’aller descendre dans la rue s’ils sentent qu’ils n’ont pas d’autres moyens pour se faire ecouter alors qu’ils pensent que leur demande est legitime. En tuer quelques uns ou les emprisonner ne servira qu’a renforcer les raisons et les convictions pour lesquelles ces gens manifestent.

    La crise que nous vivons aujourd’hui resulte apparemment du fait que le pays croule dans la misère pendant que le cercle de dirigeants baigne dans l’opulence. Et ce n’est pas la premiere fois que le peuple malagasy vive ce genre de crise, l’histoire ne manquent pas d’exemples (1972 -1985 -1991 -2002 – 2009). Systematiquement, une crise politique a surgi car les interets des dirigeants ont significativement trop devie des interets communs au peuple malagasy.
    Or en realite, nous ne pouvons meme pas reprocher a nos dirigeants car quand on parle d’interets, on parle de capacite et de competence de negociation. Et le conflit d’interets a ete deja present bien avant que ces dirigeants soient sur la scene politique malagasy.
    Sinon comment se fait-il alors que ce ne sont jamais les meilleurs profiles (ceux qui veulent vraiment agir pour l’interet des malagasy) qui ont le meilleur financement lors des elections a la presidence? Tout simplement parce que ce ne sont pas forcement les interets de malagasy qui sont prioritaires…
    en effet, il y a un conflit d’interets du a la provenance financement des candidats: interets des financeurs (vehicules par les dirigeants) versus les interets du peuple Malagasy. Comment alors faire en sorte que les dirigeants du pays favorisent la recherche de l’intérêt commun des Malagasy et non plus de quelques uns? Sachant que comme la plus importante partie des financements viennent de l’exterieur, les Malagasy eux-memes ont en fait moins d’influence sur les actions des personnes aux pouvoirs.
    La maniere de changer ca, c’est en changeant les regles du jeu: ce sont au final les seules manettes que les Malagasy ont a leur disposition pour pouvoir faire partie du jeu. Encore faut-il changer ces regles de maniere favorable au peuple Malagasy, car c’est ce qui va determiner le degre auquel le peuple malagasy va pouvoir defendre ses interets, et sinon de toute maniere sur le long-terme tout le monde y perd son compte.

    En tout cas, il semble evident que ra8 lui-meme en personne, n’est pas vraiment maitre de ses decisons: il semble avoir certains contraintes (voila ce qu’il peut faire et voila ce qu’il ne peut pas. Malheureusement pour les malagasy, tuer des citoyens ne semble pas etre parmi ce qu’il ne peut pas faire).

    Par contre, tgv, etant a ses debuts, n’est pas non plus vraiment maitre de ses decisions, et n’est peut-etre ni un bon strategiste ni un bon politicien, mais il semble plus a l’ecoute et plus ouvert que son adversaire, donc il semble avoir le potentiel de s’ameliorer et de se readapter tres vite, j’ai l’impression qu’il se permet plus de flexibilite.

    Maintenant, ce dont je suis certain c’est que ce qu’on vit aujourd’hui n’est que le resultat d’une interaction des strategies cote ra8 et cote tgv, qui ont ete deja elaborees il y a longtemps deja (bien longtemps avant que tout ceci se mette en place), et nous, peuple malagasy, comme d’habitude, faute d’information adequate et d’education appropriee (outil essentiel pour bien analyser l’information, nous ne faisons que reagir au jour le jour a tout cela, en suivant les vagues sans avoir aucune idee vraiment ou elles nous meneront en fait.
    Je ne pense pas par exemple que tgv a interet a ce qu’il y ait des actes de vandalismes et de casses pendant ses manifestations. Je ne pense pas non plus par exemple cela soit vraiment dans l’interet de ra8 de ne cesser d’assurer le peuple via RNM que tout va bien alors qu’il est bien evident que ce n’est pas le cas. A qui profite l’ultimatum de l’ONU pour le sommet de l’UA? Peut-etre a un troisieme camp qui n’est pas forcement le peuple non plus. Tout ceci ne sont que les consequences des applications des strategies issues d’un camp ou d’un autre, et a aucun moment d’un peuple conscient de leurs droits, libertes et aspiration commune, a aucun moment d’un peuple qui meurt pour des droits et des libertes dont il n’a meme saisi toutes les facettes.

    Je doute que ra8 et tgv eux-memes ne soient en possession de toutes les informations sur les interets qui derriere eux qui les poussent a agir, donc nous, peuple malagasy, nous sommes tres probablement largement moins bien informe pour se permettre quelques bonnes analyses ou quelques bonnes strategies que ce soit dans toute cette tourmente.

    Or la crise actuelle (comme toutes les crises precedentes) resulte normalement d’une succession d’actions et de strategies de telle maniere qu’une solution existe. Ce n’est pas l’existance de solutions qui pose un probleme. Les solutions existent certainement, seulement comment nous, en tant que peuple, nous pouvons nous assurer que la solution qui soit realisee soit celle qui incarne nos droits et nos interets commun a tres long-terme, et non la solution deja pre-determinee par les strategistes qui ont elabore tout ce theatre macabre pour nous.

    Le vrai probleme c’est que les moyens ne sont pas debloques pour les personnes qui ont la capacite d’appliquer ces solutions favorables prioritairement aux peuples malagasy, alors que le sujet est tres grave car il y va de la vie et de l’avenir du taranaka malagasy. De plus, encore faut-il aussi que ces bonnes personnes se fassent connaitre. Ceux qui ont les moyens d’actions n’ont pas forcement les bonnes solutions et ne sont pas forcement intellectuels. Or ceux qui sont intellectuels ne sont pas forcement integres non plus…
    Et comme je ne me lasse pas de dire: la connaissance sans la sagesse (le fahendrena) ne mene qu’a un gros trou noir.

    Je ne m’interesse pas aux interets qui sont derriere ra8, ni a ceux derriere tgv, ni aux interets de quelques autres individus, je m’interesse ici aux Droits et aux interets communs des Malagasy, c’est a dire la place des revendications legitimes du peuple dont on abuse a l’extreme dans toute cette histoire.
    (1) Comment alors s’assurer que les consensus, les accords et les decisions d’un peuple soient vraiment respectes a l’avenir? Par quels moyens? A travers quelle sorte de structure?
    (2) comment pouvons nous nous assurer que le mouvement populaire existant actuellement evolue et s’articule autour d’une solution qui incarne les droits, les libertes et les interets communs.

    Pour l’instant, tous les protagonistes (pro-ra8, pro-tgv-, autres et peuple) sont au stade de mise en place des troupes et d’execution de strategies deja decidees auparavent, etc. Et a mon avis, le peuple a interet a emerger de lui-meme, particulierement au moment de l’elaboration et de l’etablissement de ces droits et libertes fondamentaux, au moment de la restructuration du mecanisme de notre systeme etatique, cad au moment ou ra8 sera vraiment out.
    Pour l’instant, apparemment, nous n’y sommes pas encore, or ce sera ce moment-la, le moment-cle qui determinera les racines du futur du peuple malagasy.

    J’avais deja propose une solution qui tient toujours: la population doit s’organiser pour mettre en place un RESEAU de communication et un reseau interactif de transmission et d’echange d’information a travers toute l’ile afin de devancer et de s’offrir un MOYEN D’EXPRESSION et un moyen de CONTROLE sur l’evolution de la situation qui semble etre bloquee et determinee par les 2 protagonistes en place (ra8 et tgv). C’est a dire encourager la masse critique consciente de leur devoir citoyen a se prendre en main.
    Comme le fond du probleme reside donc dans nos lois et dans leur application, la solution a la crise politique doit tenir compte de 3 aspects:
    (1) d’un cote, la structure et le mecanisme etatique posent des problemes d’ inadequation et de dysfonctionnement (necessitant un consensus, donc sujet a debat).
    Il faut en effet revoir toute la structure et tout le mecanisme du systeme etatique malagasy.
    Il ne suffit plus de faire du copier-coller et suivre l’exemple francais car les moyens, les infrastructures et les cultures de communication n’ont rien de comparables. Le but est de prevenir les problemes de communication d’un cote et les probleme de communication des objectifs de l’Etat au peuple de l’autre cote. Quelle est la structure et le mecanisme le plus approprie pour que cette communication Etat-peuple malagasy / peuple-Etat malagasy soit le plus fluide et ouvert possible.
    (2) La definition et l’elaboration des droits et des libertes fondamentaux et des interets communs devraient prendre en compte certains objectifs a long terme de la nation (ex. education, sante publique, droits fonciers, etc.)- donc sujet a debat aussi.
    (3) de l’autre cote, comment guarantir la bonne application de la solution (sachant que meme si la solution n’est pas forcement mauvaise, la mauvaise application de celle-ci a toujours le potentiel de ne pas resoudre la crise ou de la rendre reccurente).

    Les points (1) et (2): la structure et le mecanisme etatique, ainsi que la definition des droits et des libertes fondamentaux et des interets communs, semblent plus simple a elaborer et a etablir.
    Par contre le point (3) est plus complexe car comment assurer la guarantie morale de chaque acteur a chaque echelon de l’application de la solution.
    Le point (3) est d’autant plus complexe dans la mesure ou l’histoire a fait que le peuple malagasy a, au cours des dernieres generations, perdu le sens de ses vraies valeurs, a savoir les notions:
    – de dignite humaine,
    – de respect de soi et de respect des autres,
    – de confiance en l’avenir,
    – de sens des responsabilites,
    – de sincerite et d’integrite dans l’accomplissement de ses devoirs citoyens.
    La pauvrete et l’irrespect systematique des droits font que a chaque niveau de l’application de solution, ce sont plutot les interets personnels qui priment de trop loin devant les interets communs.
    C’est un comportement tout a fait comprehensible et tout a fait humain quand les citoyens ont perdu confiance en leur avenir depuis trop longtemps (depuis des generations deja), quand ils vivent depuis trop longtemps avec le sentiment que leur avenir n’est plus entre leur mains.
    Il y a en parallele un cercle vicieux: les personnes de bonne volonte et les intellectuels attendent le moment propice, cad une stabilite politique avant de decider d’intervenir, donc ils sont moins enclin a intervenir pour le moment. Or, d’un autre cote, peut-etre leur intervention en cette periode d’instabilite politique peut contribuer a faconner la stabilite politique d’une maniere plus appropriee.

    Il est indeniable qu’un sommet de l’UA a son degre d’importance, comme tout autre projet ou genre d’investissement. Toutefois, degre d’importance implique qu’il y a un ordre de priorites dans les affaires d’Etat / de la nation malagasy.
    La question est: jusqu’a quel point un sommet de l’UA peut-etre prioritaire par rapport aux revendications d’une peuple par rapport a leurs Droits, leur interets et leur aspiration?
    Il est tout aussi indeniable qu’il y a d’autres moyens pour les citoyens de se faire entendre et de faire ces revendications: les institutions, les differentes structuration de l’Etat, les medias, etc. sont la.
    Mais on peut aussi se demander: pourquoi ces citoyens ont finalement choisi la voie des rues?
    Est-il possible qu’ils n’avaient pas le choix car toutes les autres voies etaient bloquees?
    Ce qui est, a mon avis, tres probable vu que,
    (1) ra8 ne cesse de marteler le respect des Droits. Or justement cette reponse ne correspond pas a la revendication des gens qui porte sur des Droits et des interets dont les gens ne comprennent plus le sens. Deja la, la discussion est bloquee net.
    (2) ra8 argumente le sommet de l’UA et francophonie etc. comme priorites. Si la mise en place, la guarantie et l’ajustement des droits de l’homme, des droits et des libertes fondamentaux des citoyens dans une nation comme Madagascar est une moindre priorite, pour une etablir une base ou une fondation plus saine en terme de justice et de progres economique, par rapport au sommet de l’UA, alors on peut poser la question: qui exactement ne voient pas plus loin que leur nez?
    A mon avis: l’organisation d’un sommet de l’UA offre l’opportunite de projets d’investissement ponctuels, a rendement limite.
    Par contre, la mise en place et la guarantie des droits de l’homme, un debat sur les moyens et les actions a prendre pour assurer le respect des droits fondamentaux des citoyens, est un investissement a tres long terme, qui offre l’opportunite de garantir une stabilite politique et economique pour le pays, quelque chose que Madagascar n’a jamais joui depuis pratiquement un siecle.
    NB.: un investissement est dit a risque quand un pays est instable politiquement.
    Un pays est instable politiquement quand il diverge significativement d’un Etat de Droits.
    Donc tant que Madagascar n’est pas un Etat de Droits digne de ce nom, digne du peuple malagasy, donc digne de l’humanite, tout projet d’investissement sera a haut risque, et il n’est pas judicieux de s’attendre a des rendements sur le long-terme de ce cas. Tant que la politique ne se soucie que de l’economie en terme de profit et ne tienne pas compte serieusement des autres volets (guarantie des droits et libertes du peuple en terme de dignite humaine, d’education, de sante publique, etc.), nous pouvons dorenavant nous tenir prets pour la prochaine crise dans quelques annees.

    Il est indeniable que le peuple malagasy d’aujourd’hui manque d’education: ce n’est qu’une des consequences de tant d’annees d’irrespect pour ce peuple. A l’avenir, il faudrait evidemment eduquer proprement ce peuple, mais l’education est quelque chose qui ne porte ses fruits qu’a long-terme. Je pense que dans le cadre urgent de la crise actuelle, le plus urgent c’est d’informer.
    – Informer le maximum de gens sur leurs droits fondamentaux, le fonctionnement du systeme etatique actuel, sur les possibles causes de son discfonctionnement, et les causes et les faits de la crise politique actuelle, dans les fokontany, firaisana, fivondronana, regions, et provinces. (sur les ondes et divers media mais pas forcement si c’est pas trop possible actuellement, ca peut etre sur simple papier a4, brochures, tractes, de bouche a oreille, etc.)
    – Oui c’est un peu de la propagande mais pas celui d’une personne ni d’un parti politique: je verrai cela comme la propagande du peuple, avec les moyens du peuple, c’est a dire des pauvres moyens
    – Le but etant de permettre au maximum de gens de debattre du probleme avec la meilleure information possible au prealable.

    Donc j’insiste encore sur la notion de Fahendrena: il y a education et education… parmi les eduques, il y a mal-eduques et bien-eduques (c’est comme avec l’information).
    L’acces a l’information en general est pauvre a Madagascar. Quid de l’acces a la bonne information? Deja quand les 2 protagonistes ra8 et tgv font des seances de negociation a huit-clos ou rien ne filtre: est-ce un bon signal sachant qu’ils sont senses discuter de l’avenir immediat de tout un peuple?
    La presence de representants du peuple et de journalistes, aurait montre un minimum de respect pour ce peuple, de part et d’autre, ca aurait juste ete un signal de respect minimum pour les droits et les interets de ce peuple.
    Mais comme le peuple malagasy est mal-eduque et mal-informe, apres tant de generations d’irrespect de ses Droits, finit par trouver ce genre de situations tout a fait normal.

    Alors je m’inquiete: jusqu’ou notre ignorance nous menera-t-il? Jusqu’ou laisserons-nous encore une poignee de personnes tres tres riches abuser de notre ignorance avant que nous decidons enfin d’agir et d’user de nos droits et de nos libertes?

    [open source🙂 sans restriction de diffusion, de traduction ni d’amelioration du texte]

  7. RECHERCHE et APPLICATION d’une POSSIBLE SOLUTION de SORTIE de CRISE.

    Chers Malagasy,

    Puisqu’il est maintenant interdit ou dangeureux pour le peuple malagasy de s’exprimer dans la rue ou sur une place public ou dans les media nationale, il est imperatif et urgent que ce peuple malagasy de trouver d’autres plateformes de communication pour debattre et essayer de trouver une solution a la crise politique actuelle. Il s’avere apparemment que des vies humaines sont en jeu ainsi que tout l’avenir du taranaka malagasy. L’heure est grave: les vies humaines n’ont pas de prix, ce ne sont pas des jouets, et nous ne pouvons pas continuer de faire comme si de rien n’etait. Or il faut que nous arrivons a nous concerter tous, ensemble, d’une maniere ou d’une autre et a nous organiser afin de discuter et de decider sur les actions a mener, sur les actions appropriees qui nous permettraient de mettre en place une solution incarnant les droits et les interets communs des malagasy.
    Cela serait une attitude irresponsable d’attendre seulement les decisions et les actions de ra8 ou du camp tgv. Il est necessaire que le peuple soit concerne et donc plus implique dans le debat car c’est sa vie qui est en jeu.

    Je me permets de lancer les propositions (1) a (9) ci-dessous pour nous guider a trouver une solution adequate et le plus unanime possible a cette triste situation que nous vivons actuellement. Ce ne sont bien sur que des propositions, qui peuvent etre discutees et ameliorees, et dont la realisation ne depend que de chacun de nous, de notre bonne volonte a agir et faire face a nos responsabilites civiques, de notre organisation, nous, citoyens malagasy et tout individu qui porte le peuple malagasy et Madagascar dans son coeur.

    Les propositions ci-dessous font appel a l’initiative citoyenne. Comme il faut agir ensemble mais d’une maniere deploye:

    (1) Il faut organiser des debats de societe sur la crise dans des endroits moins dangeureux: des ecoles, des stades couverts (tranom-pokonolona), des universites, des eglises, etc. voire meme des lieux prives (?)
    Le but etant de ne pas continuer a susciter la violence et a limiter les degats, puisque meme si cela favorise un camp ou un autre, au final, c’est nous, le peuple malagasy qui en sommes victime et c’est nous, peuple malagasy qui devrons en payer le prix (des fois meme de notre vie)

    (2) Il faut que les participants soient prealablement informes sur les droits de l’homme, sur les droits des citoyens, sur la structure et le mecanisme etatique malagasy, sur leur disfonctionnement et les origines de ces disfonctionnement dans le passe, etc. afin que tous aient la possibilite de contribuer a proposer des solutions pour que ce genre de crise ne se renouvelle plus dans le futur et que la stabilite politique ne soit plus un vain mot pour les malagasy.
    Il faut donc fournir l’information necessaire aux citoyens participants concernant leurs droits et libertes fondamentaux, le systeme etatique, et les causes et les faits de la crise politique actuelle dans les fokontany, firaisana, fivondronana, regions, et provinces. (Pas forcement sur les ondes, ca peut etre sur papier, brochures, tractes, de bouche a oreille, etc.)
    Sachant que la majorite des malagasy sont mal ou pas du tout eduques, ils reagissent avec l’information, ce qui ne veut pas dire qu’ils les analysent avant de reagir (car mauvaise ou manque d’education = pas d’outil pour analyser l’information d’une maniere optimale cad dans l’interet general)

    (3) Il faut que ces debats impliquent le maximum de citoyens si nous voulons vraiment une solution qui garantissent les droits et les interets communs: pour cela, il est judicieux de sensibiliser et de mobiliser tous les niveaux de l’administration de l’Etat: a savoir les fokontany, les firaisana, les fivondronana, les regions et les provinces.
    Nous sommes concernes quand il s’agit de vies humaines malagasy, nous sommes tous concernes quand il s’agit de l’avenir du peuple malagasy, ainsi dans la gravite de la situation politique actuelle, je me permets de faire appel a tous les malagasy de faire face a leur devoir civique.
    Il est essentiel que ces concertations se fassent dans l’esprit du fahendrena malagasy, defini selon Abel ANDRIARIMALALA
    dans son dossier du 25 Février 2009 dans le line ci-dessous:
    http://gazety.malagasy.org/article.php3?id_article=2931

    (4) le temps necessaire pour mener le debat et la discussion doit etre defini et fixe au prealable. Ce qui implique une certaine organisation ou planning a ce niveau.

    (5) Des andrimasom-pokonolona ainsi que les couvre-feu doivent s’organiser et se mettre en place partout pendant toute la periode de ce processus de debat et de concertation afin de renforcer la securite des citoyens et d’assurer la securite des personnes de bonne volonte qui veulent bien contribuer a sortir le pays de cette crise, donc par ces moyens d’encourager leur participation, d’encourager le maximum de participation citoyenne.

    (6) L’organisation de ces plateformes pour les droits et les interets communs a l’avantage de faire appel a toutes les personnes de bonne volonte, les artistes, les intellectuels, les olon-kendry, les ray aman-dreny de tout horizon, etc. de les reunir autour d’une table afin de redefinir l’unite du pays, de retrouver le sens des valeurs qui font de notre pays une nation unie et pacifique.

    (7) Apres une periode de reflexion et de discussion, les porte-paroles designes ou volontaires dans ces debats sont appeles a presenter leur avis et leur solution devant la nation entiere.

    (8) Les avis de chaque centre de debat doivent etre rassembles et analyses, eventuellement rediscutes afin de preserver le fihavanana malagasy. Ces avis et ces solutions doivent etre regroupes et une assemblee ou les groupements de citoyens doivent voir comment ils peuvent decider de la suite en consequence.

    (9) D’une part, ce processus responsable et mature de la part du peuple permettra a l’armee malagasy de prendre son temps et ses dispositions pour s’unir, quant a la legitimite de la demarche ainsi qu’a la legimite des demandes des citoyens qui en resulteront.
    D’autre part, les personnes au pouvoir ne pourront pas denier la legitimite et la non-violence de cette demarche.
    car ce sera alors plutot la masse populaire critique, consciente de leurs Droits et de leurs interets qui dicte sa volonte, representes par des porte-paroles issues des olo-kendry et des vrais ray aman-dreny de tout horizon (pas forcement des representants religieux, ni des elites) et qui impose alors leur solution a la crise.

    Au cours de tout ce processus, je me permet d’insister encore sur la notion de Fahendrena: il y a education et education… parmi les eduques, il y a mal-eduques et bien-eduques. C’est comme avec l’information: il y a les mal-informes et ceux qui sont bien informes.

    Le peuple malagasy n’est pas parfait (nous sommes des humains) mais il faut urgemment et imperativement le former et bien l’informer de ses droits et de ses libertes fondamentaux, pour le bien de tous.
    Ce sont ces droits fondamentaux qui protègent le particulier ou chaque citoyen de l’Etat, qui protegent le peuple que l’Etat abuse du pouvoir que les citoyens lui ont accorde.
    C’est la connaissance et la reconnaissance de ces droits et libertes fondamentaux qui sont les seuls remparts solides pour empecher que les personnes au pouvoir ne puissent pas abuser des interets communs, ceux du peuple.
    Peut-etre bien que ca n’empechera pas totalement les abus de pouvoir, tout depend et dependra du temps et de l’effort que nous, ensemble, nous accorderons dans l’elaboration et dans l’etablissement de ces droits, dans la schematisation et l’etablissement du mecanisme etatique a travers lequel ces droits peuvent etre guarantis. Mais au moins ca a le potentiel de limiter les casses a l’avenir…

    Je tiens toujours a noter que ce que je presente ici n’est qu’une idee. Apres, les idees ne vivent pas et ne servent a rien si elles ne sont pas transmises, pour etre eventuellement ameliorees et realisees… au nom du Fahafahana, dans le respect du Fahendrena et du Fihavanana Malagasy.
    on sait jamais…

    Pour finir, veuillez accepter mes excuses si le texte est ecrit uniquement en francais pour l’instant. Je vous remercie de m’avoir lu. Je tiens egalement a exprimer toute ma gratitude et ma reconnaissance a toutes les personnes de bonne volonte qui veulent bien contribuer a l’idee vehiculee dans ce message:
    – en le transmettant ou en le diffusant,
    – en ameliorant le contenu,
    – en le traduisant dans la langue malagasy,
    – en ecrivant les premiers ebauches ou esquisses des droits et des libertes fondamentaux dignes du peuple malagasy (en langue malagasy et/ou francais) a partir desquels la discussion et le debat puissent naitre,
    – en ecrivant les premiers croquis ou schema du systeme etatique malagasy actuel en comparaison avec d’autres alternatives de structure et de mecanisme etatique susceptibles d’etre plus convenables au peuple malagasy (sachant ses particularites en terme de culture et d’organisation sociale).

    [open source🙂 sans restriction de diffusion, de traduction ni d’amelioration du texte]

    ———–
    Recommandations:
    Livre: Les nouveaux maitres du monde, de Jean Ziegler (2002)
    Documentaire: Le marche de la faim, de Erwin Wagenhofer (2005)- Version originale: we feed the world.
    Films:
    – V for Vendetta (2005): (1) pour comprendre la notion de repression d’Etat, ou l’Etat-police et (2) pour comprendre comment et pourquoi nos martyrs sont morts au nom de nos droits et de nos libertes fondamentaux.
    – Pirates of the Caribbean 3: At World’s End- (1) permet de comprendre l’importance et l’impact des strategies dans la guerre des pouvoirs, et (2) permet egalement de comprendre que nous ne sommes pas forcement obliges d’etre dans le meme camp pour defendre et faire valoir les interets communs.

  8. Je tiens a souligner encore que nous sommes tous pour l’instant (peut-etre a l’exception de quelques personnes tres privilegies) des pions.
    ra8 et tgv ne sont que des pions, conscient(s) ou non conscient, consentant ou non consentant.
    Et nous, peuple malagasy sommes les vrais pions au plus bas de l’echelle, et cela depuis des decennies.
    Il est temps que nous nous reveillons et que nous prenons notre present et notre avenir en main.
    Il est temps que chacun a notre niveau, nous agissons pour defendre nos interets communs.
    Il est temps pour nous d’etre solidaires et d’user de nos Droits et de nos libertes.
    Car il est temps que nous arretons de construire sur du sable mais que nous nous mettions a fonder ensemble une base solide et saine pour notre peuple et notre pays.

    Amin’ny anaran’ny Fahafahana sy ny Fahendrena ary ny Fihavanana malagasy.
    Mba ho mendrika ireo Razana izay efa nialoha lalana ary ireo taranaka izay hanoy ny dia.

  9. Efa hovana mintsy angamba ny didy folo ato amin’ny finoana FJKM hoe :
    Aza mamono olona afatsy amin’ny Zones rouges sy ny fanomanana ny sommet africain
    raha misy maromaro ka mivory tsy amin’ny anarako dia sambory izy.
    misaotra.

  10. Otran’ny mamono valala ny olona marina eh!
    aiza ny hasina ny aina

  11. Misaotra indrindra amin’ny fampitam-baovao. Mba afaka manome adiresina site web ahafahana manaraka radio sy/na télé avy any Madagasikara ve ianareo ho fanampin’izay efa vakiana eto?

    Misaotra mialoha.

    ity ary ho fanomezana fahafaham-po anao e : http://www.tvplusmadagascar.com/

  12. Misaotra @ info.

    Ohatrinona no vidin’ny fanoavana ny fivoriam-be Afrikana any amintsika? Firy no tsy maintsy atao sorona mba ho tanteraka izany? Hipetra-potsiny manoloana izany rehetra izany ve isika?

    Manolo-kevitra aho mba hisy hetsika fanangonan-tsonia (1) mba hamoahana ny sandan’ny fanaovana ny fivoriana any amintsika (2) hitakiana ny fanafoanana azy. Angonina izany sonia izany ary alefa any amin’i Pdt Kadafi + ny rafitra iraisam-pirenena rehetra maneran-tany. Ampahafantarina misimisy kokoa an’izao tontolo izao ny zava-misy. Tsy rariny raha ohatra ka matimaty fotsiny ny sivily (mpandalo sy mpianatra mipetraka tsara any an-tranony) satria ny milisy tsy mahafehy ny asany.

    Hevitra atsipy amintsika rehetra izay.

    Misaotra mialoha @ valin-teny.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :